Barbacha : scolarité perturbée au nouveau lycée

Elwatan; le Mardi 19 Novembre 2013
1


Les 411 lycéens, issus principalement de Kendira, Khellil, Boughidène et Ait Sidi Ali, ont déclenché une grève le mercredi passé et plus d’une centaine d’entre eux ont marché jusqu’à l’enceinte de l’ancien lycée pour dénoncer les dures conditions dans lesquelles ils s’y sont retrouvés.
Les élèves réclament en premier lieu la mise en service de la chaudière et la cantine scolaire. «On s’attendait à ce que l’ouverture de notre nouveau lycée soit complète, or ce n’est pas le cas. La chaudière et les équipements de la cuisine sont installés, mais leur mise en service n’est pas à l’ordre du jour. C’est inadmissible que notre scolarité soit perturbée, et dès le départ. Nous avons le sentiment d’être délaissés», se plaint un délégué des élèves.

Pour améliorer un tant soit peu la situation, il a été décidé de servir le repas de midi aux élèves, qui sont d’ailleurs nombreux, au niveau du réfectoire de l’ancien lycée. Les lycéens bénéficieront aussi des dessertes des bus de ramassage scolaire des deux communes de Kendira et Barbacha. Cependant, ces solutions ne sont pas du goût de la plupart des lycéens et de leurs parents. Ces derniers n’admettent pas que leurs enfants soient soumis à des va-et-vient quatre fois par jour. «L’élève a besoin de faire une pause sur les lieux de sa scolarité afin qu’il se prépare physiquement et mentalement aux séances de l’après-midi», juge un parent d’élève, professeur au lycée Benyahia.

De leur côté, les 27 professeurs qui y travaillent se sont vite organisés, dès le premier jour de l’ouverture du lycée, après avoir constaté le manque de moyens pédagogiques. Affiliés au Cnapest-élargi, ils ont remis au bureau de leur section syndicale un rapport sur la situation, accompagné d’une pétition, dans lequel ils interpellent les responsables de la direction de l’éducation. «Il faut faire un entretien général des salles jusqu’au portail. Des tourbillons de poussière prennent les élèves et tout le personnel à la gorge. La salle des professeurs n’est encore pas équipée de matériel nécessaire. Les armoires et les casiers font défaut. Le lycée n’a pas encore son responsable et les professeurs ne savent même pas à qui demander les brosses et les marqueurs», précise Nadir Kherfellah, membre du bureau de la section syndicale.
 

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): Abdelouahab Kasmi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..