Batna : Prolifération de pesticides non autorisés

Elwatan; le Lundi 18 Novembre 2013
1


Organisé par le laboratoire d’amélioration des techniques de protection phytosanitaire en agrosystème montagneux (ATPPAM), affilié à l’institut des sciences vétérinaires et des sciences agronomiques, cet évènement se déroulera sur trois jours et aura comme principal objectif de rapprocher le scientifique de l’agriculteur. M. Laâmari, président de l’ATPPAM, explique que le praticien, noyé dans une armada de produits chimiques, est mal encadré et ne maîtrise pas leur manipulation. «A titre d’exemple, la pomme de terre cultivée dans la wilaya d’El Oued et la tomate plantée à Biskra  sont de vraies  bombes à retardement et ce, à cause de l’absence de l’Etat et donc de contrôle», s’est-il alarmé.
Toujours selon notre interlocuteur, bien que l’intensification de la production pour répondre aux exigences nationales soit très importante, la protection du consommateur reste la priorité.

«Si on consomme des fruits bourrés de pesticides, ça sera une catastrophe pour la santé publique», a-t-il souligné. En ce sens, et revenant sur l’utilisation excessive des pesticides en Algérie, M. Laâmari dira que l’inspection des protections des végétaux (INPV) édite chaque année un index de produits phytosanitaires dans lequel sont mentionnés tous les pesticides autorisés en Algérie. Or, des entreprises peu scrupuleuses produisent des formules génériques et les vendent sur le marché à un prix réduit et ce, en toute illégalité, sans passer par quelque contrôle que ce soit. Ainsi, la santé des consommateurs est prise en otage par ce type de comportement à cause de l’absence de l’Etat, seule autorité régulatrice. Jusqu’à quand ?              

Categorie(s): batna

Auteur(s): Sami Methni

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..