Berceau de la révolution en Tunisie : suicide d’un jeune chômeur à Sidi Bouzid

Elwatan; le Mercredi 26 Decembre 2012
1


Protestant contre une situation sociale difficile, Wissem Hani, 17 ans, a reçu une décharge mortelle en s’agrippant, dimanche, à un pylône électrique, selon les témoins, dont des voisins du jeune homme. Les suicides et les tentatives de se donner la mort se sont multipliés en Tunisie depuis l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant de Sidi Bouzid dont le geste avait déclenché une révolte populaire, la première du Printemps arabe, et abouti à la chute de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011. Près d’un quart de la population tunisienne vit actuellement en dessous du seuil de pauvreté et le chômage touche 700 000 personnes, dont 170 000 sont titulaires de diplômes universitaires, notamment dans l’ouest du pays, selon des statistiques officielles post-révolution. Selon les standards internationaux qui fixent le seuil de pauvreté à 2 dollars par jour et par habitant, 24,7% des Tunisiens sont pauvres, d’après les statistiques du ministère des Affaires sociales.

Categorie(s): international

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..