Bidonville Bourmel à Jijel : Un danger nommé Oued Moutas

Elwatan; le Mercredi 8 Fevrier 2012
1


L’oued qui prend naissance au sud de Jijel pour aller se déverser dans la mer, à quelques encablures plus au nord, a été assiégé par des constructions depuis la cité dite des 40 Hectares au sud, jusqu’au lotissement Bourmel au nord. Les plus vulnérables de ces habitations sont bien sûr les gourbis érigés tout près des berges de cet oued qui connaît des crues lors de fortes précipitations.

Les habitants de ces maisons de fortune se retrouvent ainsi les pieds dans l’eau, avec tout ce que cela peut représenter comme danger. La dangerosité de ce cours d’eau très réduit durant la saison chaude, a été accentuée par les travaux de bétonnage l’ayant concerné. L’autre source de danger est la proximité du stade omnisports qui fait barrage à ce cours d’eau puisque ce dernier le traverse dans une galerie souterraine.

Il faut dire que le moindre obstacle se répercute immédiatement sur les habitants du bidonville, qui voient ainsi la galerie souterraine jouer le rôle de barrage propice à l’accumulation des eaux. C’est dire l’urgence d’une étude sérieuse pour ce cours d’eau afin de dégager une solution. On ne le dira jamais assez, habiter près de ces cours d’eau, c’est courir vers le péril.
C’est le cas de ceux qui ont érigé des maisons dans la partie inondable de la région de Rabta au nord de la ville.

A chaque précipitation, ils se mettent à regarder, impuissants, la montée des eaux. La cartographie des zones inconstructibles doit être impérativement revue et imposée dans les études de plans d’occupation du sol. Continuer à laisser-faire, équivaut à la projection de futurs drames inévitables.                                                                      
 

Categorie(s): jijel

Auteur(s): Fodil S.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..