Carte de résidence des retraités immigrés : Le cadeau «trompeur» de Manuel Valls

Elwatan; le Mardi 14 Octobre 2014
89678


Conçue, selon Manuel Valls, pour faciliter les procédures au titulaire, notamment celle d’entrer «librement à tout moment sur le territoire français et d’y séjourner de manière temporaire pour une période n’excédant pas un an à chaque séjour», cette mesure cacherait une volonté de mettre fin aux privilèges dont jouissent les retraités algériens, conformément au traité de 1968.

Un cadre retraité algérien est venu à notre rédaction attirer l’attention sur «l’inconvénient» de passer à cette nouvelle formule qui consiste à troquer sa carte de résidence contre un titre de séjour spécifique, qui ne donne pas droit à la couverture sociale ni à des séjours longs en France. «C’est une parade trouvé par Valls pour soulager son gouvernement des  charges sociales liées à la prise en charge des retraités immigrés», estime notre chibani qui dit avoir fait sa petite enquête à Paris.

Ainsi, sous couvert du «cadeau», consistant à l’obtention d’une carte de séjour ou d’un certificat de résidence d’Algérien portant la mention «retraité», en présentant un dossier au Centre de traitement des visas, le retraité risque de perdre beaucoup de ses droits que lui confère sa vieille carte de résident d’ Algérien. Le gouvernement français appuie sa formule «magique» par le fait que le titulaire de titre de séjour «ne pourra pas perdre le droit au séjour et les droits sociaux acquis en France et d’échapper à la péremption automatique de la carte de résident au bout de 3 ans d’absence du territoire français».

Mais cette profession de foi ne semble pas convaincre cet ancien cadre du bâtiment en France, qui y voit un simple «cadeau empoisonné».  Pour rappel, cette carte de séjour spécifique, portant la mention «retraité», a été instaurée dans le cadre de la loi du 11 mai 1998, pour les ressortissants algériens, dont les conditions de délivrance et de renouvellement des titres de séjour sont prévues par l’accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié.

Le gouvernement français, qui supporte difficilement les lourdes charges de la couverture sociale de ces bataillons de retraités algériens qui ont usé leurs bras à Paris et ailleurs, veut les inciter à changer de «statut». Mais il n’est pas sûr que ces derniers renoncent à ce droit précieux de pouvoir se soigner gratuitement en France et finir leur vie entre de bonnes mains pour services rendus à la France.

Categorie(s): france-actu

Auteur(s): H. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..