Célébration de la journée mondiale de la presse : Émouvants hommages aux journalistes disparus

Elwatan; le Mercredi 12 Mai 2010
49261

La célébration de la journée mondiale de la presse a été marquée, cette année, par la participation de deux ténors de la presse indépendante, Omar Belhouchet et Chérif Rezki, les patrons d’El Watan et d’El Khabar.
Malgré des agendas très chargés, ils ont tenu à venir s’associer à l’hommage organisé par la maison de la culture aux défunts journalistes Mohamed Meceffeuk et Sid Ahmed Hadjar. C’est devant un nombreux public que des étudiants en communication ont fait une présence studieuse et attentionnée. Tour à tour Omar Belhouchet et Chérif Rezki ont parlé de l’expérience vécue par les journaux algériens, notamment lors de la décennie noire durant laquelle l’information sécuritaire a failli être bâillonnée, n’était-ce la réaction courageuse de quatre patrons de journaux qui, d’un commun accord, avaient décidé de passer outre la circulaire de Belaïd Abdeslam, qui obligeait la presse à ne publier que les informations diffusées par l’APS.

Parlant de cette période douloureuse pour les gens de la profession, les deux conférenciers n’ont pas omis de rendre un vibrant hommage à tous les collègues disparus. C’est, d’ailleurs, pour se recueillir sur les tombes de deux correspondants locaux que les patrons d’El Watan et d’El Khabar ont fait ce déplacement à Mostaganem. En compagnie d’un groupe d’étudiants, des proches des défunts et de leurs familles, les deux patrons de presse ont déposé des gerbes de fleurs sur les tombes de Sid Ahmed Hadjar et de Mohamed Meceffeuk.

Après les interventions des directeurs des deux journaux, c’était au tour de Amar Belkhodja de faire un très didactique exposé sur le parcours du militant nationaliste Mohamed Bensallem qui, dès l’année 1929, avait entamé une longue carrière de journaliste. En énumérant méthodiquement les principales étapes de cet enfant de Laghouat, dont la vie professionnelle a été régulièrement entrecoupée de longues périodes d’emprisonnement dans les geôles coloniales, Amar Belkhodja a grandement participé à faire connaître cette figure de proue du journalisme de combat. Ce que ne manquent pas de souligner avec force les deux invités de marque de la corporation, ainsi que des étudiants avides de savoir, dont les questionnements ont fortement impressionné les conférenciers.

Categorie(s): mostagenem

Auteur(s): Y. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..