Christian Gourcuff. Sélectionneur national : Il y a une nette amélioration, mais il reste des choses à parfaire

Elwatan; le Vendredi 17 Octobre 2014
89734


Le match a été une occasion pour les joueurs de confirmer leur supériorité dans le groupe B et pour le sélectionneur Christian Gourcuff de tirer beaucoup d’enseignements. A la fin de la rencontre, le coach français s’est montré satisfait, mais il a affiché des regrets sur les innombrables occasions ratées : «On avait la possibilité de l’emporter par un score large.» Sur le plan de jeu, il affirme qu’il y a eu une progression, mais qu’il reste beaucoup de choses à parfaire. «Il y a une nette amélioration dans l’organisation, beaucoup de satisfaction, mais on a manqué de maîtrise dans le jeu. Il manquait la finition, sinon le score aurait été plus large.

Les deux matches qui reste à disputer contre l’Ethiopie et le Mali seront une occasion pour nous de parfaire les automatismes des trois compartiments et essayer de nouveaux éléments qui n’ont pas beaucoup joué», a-t-il déclaré. Le sélectionneur national a affirmé toutefois qu’il ne compte pas chambouler l’ossature lors des deux prochaines sorties, même si l’équipe est déjà qualifiée. «Je vais tester d’autres joueurs sans chambouler l’ossature car, nous avons besoin d’améliorer notre jeu à l’avenir. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour travailler le jeu collectif, on essaye donc à chaque regroupement d’améliorer les choses», a-t-il expliqué.

Système

Son système de 4-4-2 fait qu’il ne peut pas aligner des joueurs comme Abdelmoumène Djabou dans son poste habituel d’ailier gauche. «Djabou ne rentre pas dans mon système de 4-4-2 et c’est pour cela que je l’ai incorporé au milieu, à la fin du match, pour lui permettre d’avoir un temps de jeu», a-t-il insisté en réponse à un confrère qui voulait savoir pourquoi Djabou n’a pas eu encore sa chance dans le onze-type. Dans la stratégie de Gourcuff, ce sont désormais les joueurs de l’entrejeu qui ont le plus grand rôle à jouer, c’est ce qui explique que le danger viendrait souvent de ce compartiment (notamment par Brahimi) et permet à d’autres éléments comme Lacen et Bentaleb d’avoir un meilleur rendement que d’habitude.

Maintenant que la qualification est acquise, le coach national n’aura pas de pression pour mettre en pratique ses idées et améliorer le jeu de l’équipe en prévision de la phase finale. Même si la la CAN risque d’être reportée, il ne se montre pas inquiet. «Si la CAN est maintenue à sa date initiale, on l’abordera avec détermination dans le but de faire le meilleur parcours possible, sinon on aura encore le temps pour mieux préparer cette compétition», a-t-il conclu.

Categorie(s): sports

Auteur(s): Slimane Mekhaldi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..