Cité des 1600 logements à El Khroub : Des délinquants sèment la terreur

Elwatan; le Dimanche 16 Mai 2010
49351

Le vol et agressions perpétrés par des bandes de délinquants aux alentours des immeubles de la cité des 1600 logements à El Khroub, sont devenus une triste réalité, surtout face à l'inertie des services de police.
Les chiffres témoignent de la chose. Selon les habitants, 3 à 4 cambriolages et tentatives de cambriolage de magasins sont enregistrés par jour au niveau de cette cité. «C'est devenu trop dangereux pour nous de circuler dans ces lieux où les agressions sont parfois commises en plein jour», diront certains habitants. Le manque d'espaces verts, la pollution et le problème de transport qui rongent cette cité, ne sont plus le souci majeur de la population au vu de ces vols et agressions qui se multiplient, avec ce sentiment d'impuissance. Ce que racontent les riverains, laissent pantois plus d'un, à l'exemple de ce bijoutier dont le magasin, situé sur le boulevard principal, a été cambriolé en pleine matinée, il y a quelques jours de cela. Le propriétaire qui avait baissé rideau durant quelques minutes, le temps d'aller chercher un café, a retrouvé à son retour les lieux mis à sac. Des délinquants avaient pénétré à l'intérieur de la bijouterie et se sont emparé d'une grande quantité de bijoux, avant de prendre la fuite au vu et au su des passants. Les malfrats savent très bien ce qu'ils cherchent et comment agir. Organisés très souvent en bandes, ils effectuent des opérations minutieuses et rapides qui ne laissent pas le temps aux citoyens de réagir.

Quoi qu'il en soit, ces derniers se doivent de signaler aux services de sûreté les comportements suspects, sachant que ceux-ci détiennent des fichiers avec les photos de la plupart de ces bandits. Une précision de taille: le commissariat est implanté sur le boulevard principal, à une centaine de mètres des lieux ayant été visités par ces délinquants. «Il ne se passe pas un jour sans qu'on constate un vol ou un cambriolage. Il ne fait plus bon vivre dans cette cité», se plaint une mère accompagnée de son enfant. Notre interlocutrice nous fait savoir que la cité grouille de pickpockets, qui profitent volontiers des moments d'affluence, notamment en fin d'après-midi, pour délester les passants, la gent féminine plus précisément, de leurs objets de valeur. Ces voleurs à la tire recourent à une série d'astuces: quelqu'un vous bouscule par exemple et son acolyte profite de ce moment de distraction pour vous faire les poches et soustraire votre portable, votre portefeuille, votre argent, etc. D'autres, à vélo, traversent la foule, arrachent le sac à main de la première femme se trouvant sur leur chemin et filent à la hâte. La plupart de ces voleurs n'en sont pas à leur premier acte, ils sont devenus des habitués de la cité des 1600 logements. Il faut relever que celle-ci enregistre un sérieux déficit en matière de sécurité. Il est impératif d'y remédier.

Categorie(s): constantine

Auteur(s): Selma B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..