Clôture du 2e salon du livre : Une édition mi-figue, mi-raisin

Elwatan; le Lundi 17 Mai 2010
49371

La 2ème édition du salon du livre de Sétif, qui a été clôturé samedi dernier, s'est tenue encore une fois au palais des expositions à la cité Maâbouda.
Contrairement à l'an dernier, le salon s'est vu déserté par les visiteurs. Les stands en manque de pluralité, l'absence de médiatisation et la période mal choisie (celle des examens) en sont probablement la cause. Un des exposants, un peu déçu, dira à ce propos : «N'ayant pas bénéficié d'une grande campagne publicitaire, l'édition de cette année est à mettre aux oubliettes. Ce paramètre est la cause de la défection du public. Cette situation n'a pas arrangé les affaires des exposants qui ont subi de grosses pertes.» Karim, enseignant à l'université de Sétif, abonde dans le même sens: «En plus du déficit en communication, la tenue d'une telle manifestation en période d'examens, a sans nul doute faussé les prévisions des organisateurs, qui doivent, à mon sens, revoir leur copie, à tout point de vue.

Le temps est venu pour ouvrir le salon de Sétif aux éditeurs étrangers. Ces derniers insuffleront une nouvelle dynamique à la manifestation, devant franchir un autre palier.» Mme Loubna, une architecte férue de lecture, n'est pas, à l'instar de nombreux amoureux du livre, qui ont fait le déplacement pour partager cette passion, du même avis : «Au lieu de tirer à boulets rouges sur un tel rendez-vous culturel, qui extirpe Sétif de sa léthargie culturelle, nous devons le valoriser et l'encourager. Ce salon m'a permis de humer le livre et de rencontrer bon nombre d'écrivains bien de chez nous.» Ceci étant, la majorité écrasante voit que l'exposition a touché certains domaines au détriment d'autres. Les livres de médecine et ceux traitant de religion ainsi que les manuels scolaires se sont, le moins qu'on puisse dire, taillé la part du lion. Les prix, pour la plupart, équivalent ceux des librairies. Mais pour bénéficier d'ouvrages rarissimes sur le marché, les visiteurs ont bien été obligés de mettre la main à la poche.

Categorie(s): setif

Auteur(s): Kamel. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..