Commerce informel : Les lieux de loisirs envahis par les marchands

Elwatan; le Mardi 6 Octobre 2015
1


En l’absence d’une surveillance devant interdire ou, du moins, limiter leur présence, ces vendeurs auront toujours pignon sur rue. Cet espace de détente et de loisirs ouvert au public récemment tend à devenir le lieu de prédilection pour ces marchands qui en ont fait un endroit de négoce. Le plus déconcertant est que la présence d’agents de sécurité, dans les moindres recoins de la promenade, n’a pas permis d’en dissuader quelques-uns d’entre eux d’installer leurs dressoirs.

Leur présence est évidente et ostentatoire. En plus du bruit qu’ils font, ils laissent leurs détritus à même les carrés de gazon.
Dans la capitale, d’autres endroits à vocation commerciale et de loisirs sont également envahis par les vendeurs informels. L’exemple qui illustre le plus cet état de fait est le centre commercial Ardis. Les vendeurs à la sauvette y ont élu domicile durablement, notamment devant l’entrée du centre et sur les aires de stationnement.

Ces vendeurs à la sauvette proposent à la vente des objets de puériculture de provenance incertaine, ne répondant de surcroît à aucune norme de sécurité. Par ailleurs, cette situation prévaut aussi au niveau du Centre commercial de Bab Ezzouar, où des vendeurs à la sauvette installent leurs marchandises aux abords d’une allée principale. Il arrive souvent que cette allée soit prise d’assaut par des dizaines de marchands.Ces derniers gênent le passage des piétons et laissent après leur départ des monticules de détritus. Le même constat prévaut également aux abords du centre commercial Le Printemps.

Les vendeurs d’effets vestimentaires et d’ustensiles de cuisine occupent la portion de trottoir qui jouxte la devanture du centre commercial. Les clients qui veulent entrer dans l’enceinte du centre sont gênés dans leurs déplacements. Cette situation devrait interpeller les autorités compétentes pour qu’elles fassent leur travail qui est le leur, afin de redonner à ces lieux leur vocation première.

Categorie(s): alger

Auteur(s): Saci Kheireddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..