Constantine. Le maire d’El Khroub, ses adjoints et le receveur devant le tribunal

Elwatan; le Mardi 7 Fevrier 2012
1


A l’origine de cette affaire d’adjudication du souk hebdomadaire qui remonte à plus d’une année, la mise à prix du souk à 5 milliards de centimes dans cette transaction a été appréciée autrement sur la forme par la daïra qui aurait été derrière la mise en mouvement de l’action publique auprès du tribunal d’El Khroub. Les nombreux griefs énumérés au départ et qui ont été  retenus contre les présumés mis en cause ont été réduits à une seule accusation consistant à un supposé «favoritisme» ayant prévalu dans cette adjudication aux enchères publiques. Celle-ci a eu lieu sans qu’aucun des prétendants n’ait contesté le déroulement  de l’opération  qui a eu lieu, selon les élus incriminés, dans le respect des règles en vigueur héritées en la matière.

Bien plus, ils réfutent l’accusation retenue à leur endroit et nient avoir mis en avant un quelconque parti-pris en faveur de qui que ce soit dans cette transaction qui est revenue au mieux-disant dans la surenchère. Quant à l’association des deux adjudicataires pour cette location du souk, elle a été pratiquée dans un passé récent où les mêmes preneurs étaient désignés sans que cela n’ait provoqué une quelconque réaction de qui que ce soit, y compris de la part des pouvoirs publics.

Ceux-ci sont informés de la délibération en donnant leur caution avant l’octroi du marché. D’autant que dans la wilaya (Mila) de la juridiction où les présumés seront traduits, il se trouve que dans une  de ses communes, en l’occurrence, Tadjenanet, l’adjudication du souk  -très fréquenté  par son commerce de gros florissant-,est allée à des associés sans que cela n’ait suscité une quelconque réaction négative de la part des pouvoirs publics ou des adjudicataires, apprend-on auprès des élus qui se disent injustement malmenés devant les tribunaux pour avoir renflouer les caisses de la commune. Et pourtant, la mise à prix du souk de Tadjenanet a atteint un montant de 34 milliards de centimes, ajoutent nos sources.

S’agit-il d’une orchestration d’un scénario visant à disqualifier les élus d’une éventuelle course électorale pour avoir osé, quoique timidement, à instaurer une relative transparence dans «l’autonomie» de la gestion municipale ? Les lobbies qui sont derrière  seraient connus. L’on cite ceux qui n’ont  pas admis des démolitions des extensions et autres empiètements sur le patrimoine foncier urbain de la commune et de surcroît, d’une place publique qui revient de droit aux citoyens.            
 

Categorie(s): constantine

Auteur(s): M. D.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..