Coopération algéro-allemande : Plaidoyer pour un partenariat gagnant-gagnant

Elwatan; le Samedi 11 Octobre 2014
1


Fraîchement installé à la tête de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie, Marko Ackermann, a plaidé jeudi dernier à Alger en faveur d’un partenariat économique «gagnant-gagnant» entre l’Algérie et l’Allemagne. «Nous espérons que la collaboration (algéro-allemande, ndlr) sera pérennisée dans les années à venir grâce à un partenariat gagnant-gagnant», a souligné Marko Ackermann, le tout nouveau directeur général de la Chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK-Algérie), lors d’une conférence de presse organisée au siège de AHK-Algérie, en présence de Götz Lingenthal, ambassadeur d’Allemagne en Algérie.

Après avoir participé à la fondation et au développement de l’ AHK-Algérie, Marko Ackermann a quitté l’Algérie en 2008 pour faire un détour par la Chambre de Riyad, où il a géré des dossiers en liaison avec l’Arabie Saoudite. Six ans plus tard, il fait son come-back dans l’espoir de donner un nouveau dynamisme à cette structure, trait d’union entre les opérateurs algériens et allemands. «Ce ne sont pas uniquement les relations économiques algéro-allemandes qui ont pu être très amplifiées dans les années précédentes, mais l’AHK- Algérie s’est aussi bien développée et a soutenu les entreprises et l’institution locales et allemandes dans leurs activités», s’est réjoui le conférencier.

Les nombreux projets lancés par le gouvernement algérien dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics et des énergies renouvelables offrent, selon ses dires, de «grandes chances aux entreprises allemandes» pour investir davantage en Algérie. Marko Ackermann a relevé que l’année 2015 s’annonce riche en perspectives et projets. Il s’agira, entre autres, de la tenue de la 5e session de la commission mixte économique algéro-allemande et de la mise en place d’un projet pilote de formation dualiste, en partenariat avec la société Knauf.

Investissement

Environ 220 sociétés d’Outre- Rhin sont implantées en Algérie et emploient quelque 2000 personnes. En 2013, la valeur des échanges commerciaux entre les deux pays s’élevait à 4 milliards d’euros. Les exportations allemandes vers l’Algérie totalisaient 2,2 milliards d’euros et les exportations algériennes atteignaient 2 milliards d’euros. L’Allemagne est le 5e fournisseur de l’Algérie, selon les chiffres fournis par Marko Ackermann. Pour sa part, l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie, Götz Lingenthal, a évoqué «un cadre favorable» à même d’exploiter «les potentialités» qu’offrent les économies des deux pays.

Vantant les atouts des entreprises allemandes, il a affirmé que le principal intérêt de celles-ci  est d’investir à long terme, tout en créant de l’emploi et de la richesse. Götz Lingenthal a rappelé que  la commission mixte algéro-allemande, mise en place par la chancelière Angela Merkel et le président Bouteflika en 2010, offre «un dialogue politique régulier» entre les dirigeants des deux pays. L’ambassadeur d’Allemagne en Algérie a insisté, par ailleurs, sur le rôle «important» de l’AHK-Algérie dans la facilitation de la mise en relation entre les opérateurs économiques.
 

Categorie(s): economie

Auteur(s): Hocine Lamriben

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..