Coupe de la CAF : La JSK à pied d’œuvre à Nouakchott

Elwatan; le Vendredi 1 Avril 2011
1


Les Kabyles sont depuis avant-hier (mercredi), en début de soirée, à pied d’œuvre en Mauritanie. Ils ont pris 45 minutes de retard sur l’horaire initial de leur départ, puis ont dû attendre plus d’une heure trente à l’aéroport de Casablanca, où ils ont fait escale avant de regagner l’hôtel de transit de la RAM puis reprendre le vol en direction de Nouakchott. Hier, ils semblaient avoir récupéré de toutes ces tracasseries et ont promis de revenir avec la qualification. Il reste que leur tâche s’annonce des plus ardues lorsque l’on sait que les Mauritaniens leur ont posé beaucoup de problèmes à l’aller. La guerre psychologique a déjà commencé. En effet, les dirigeants de Tevragha Zeina ont déclaré aux médias locaux qu’ils avaient été placés dans un miteux hôtel et que le match ne s’était pas déroulé à huis clos comme prévu.

Une façon de chauffer à blanc leur public. Mieux, ils ont annoncé la date et l’horaire du match en fonction du plan de vol des Canaris. Ainsi, ils ont misé sur une éventuelle fatigue du voyage et du court temps d’adaptation des Kabyles qui n’auront en tout et pour tout que deux jours à passer sur le sol mauritanien pour préparer leur rencontre. Mais ces derniers, rompus à ce genre de situation, semblaient zen même s’ils ne sont partis qu’avec 16 joueurs dont 13 joueurs de champ. Ce qui ne manquera pas de compliquer un peu plus la tâche du coach Belhout qui doit surtout croiser les doigts pour récupérer Rial qui, semble-t-il, souffrirait du dos. Une blessure qui n’est pas la bienvenue lorsque l’on sait que l’axe kabyle est déjà décimé par l’indisponibilité de Belkalem, la non-qualification de Khellili, la suspension de Naïli et la non-convocation d’El Orfi qui tous deux auraient pu remplacer Rial et éventuellement se positionner dans l’axe défensif.

Belhout ne sait pas trop aussi dans quelle forme se trouve Yahia-Chérif, qui sort de blessure lui aussi, dans le but de pallier aux absences de Hamiti et de Amada en attaque. Les appréhensions de Belhout ne s’arrêtent pas là puisqu’il craint aussi la nature de la pelouse qui, selon lui, serait faite de goudron et non de gomme. Il n’en demeure pas moins que les camarades de Douicher, qui sera associé au milieu du terrain à Saïdi qui a fait un excellent match face au MCO, mardi dernier, sont bien partis pour défendre bec et ongles leur maigre acquis du match aller.

Categorie(s): sports

Auteur(s): Mohamed Rachid

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..