Coupe du roi : Le Barça se hisse en finale sans trembler

Elwatan; le Vendredi 10 Fevrier 2012
64784


Après leur match nul serré et éprouvant (1-1) à l’aller, les Blaugrana, qui ont pris l’avantage par Fabregas (16’) avant que Xavi ne creuse l’écart (81e), ont cette fois plus facilement pris la mesure de Valence, qui a dû abdiquer face à la rapidité de circulation du ballon côté barcelonais. L’exclusion de Feghouli, pour un coup au visage à Puyol à un quart d’heure de la fin, n’a pas arrangé les affaires des Valenciens, par ailleurs fébriles en défense centrale. Valence était pourtant le premier à se montrer dangereux, justement par Feghouli, qui exploitait mal une passe en or de Mathieu (13’). A ce moment du match, les joueurs du Barça peinaient encore à se trouver sur le terrain. Mais tout changeait dès leur première action, Messi délivrant une passe géniale à Fabregas en pleine course.         

Un Fabregas affûté

L’ancien Gunner, très affûté mercredi, prenait le meilleur sur Miguel et lobait le gardien de Valence, Diego Alves, auteur sur ce coup-là de sa seule erreur de la rencontre (16’). Dès lors, le Barça mettait entièrement sa patte sur la partie. Messi puis Fabregas avaient l’occasion de tuer le match grâce à deux bévues de Rami puis de Victor Ruiz. Mais à chaque fois, Diego Alves sauvait son équipe (19’, 32’). A l’image de la première période, Valence réussissait à nouveau une bonne entame dans le second acte. Mais aussi bien Alba, qui se présentait seul face à Pinto (46’), qu’Aduriz ne parvenait pas à inscrire un but qui aurait propulsé Valence en prolongation.

Aduriz obtenait une deuxième chance un peu plus tard, mais son lob aux dépens d’un Pinto sorti loin de ses buts était détourné in extremis de la tête par Mascherano (58’). Les Valenciens avaient laissé passer leur chance et Messi s’illustrait alors : l’Argentin, après un slalom, s’offrait un duel avec Diego Alves qui s’interposait (54’). Après plusieurs occasions ratées de justesse, Xavi, servi dans la surface par Fabregas, ne tremblait pas et doublait la marque en force (81’). Mardi, l’Athletic Bilbao avait mis un terme au rêve du petit Poucet Mirandes, écrasant à domicile l’équipe de troisième division (6-2).
 

Categorie(s): sports

Auteur(s): AFP

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..