Des journalistes et des militants rendent hommage à Abdelhaï Beliardouh : Rassemblement hier à Alger

Elwatan; le Dimanche 23 Decembre 2012
1


Un rassemblement a été observé, hier à Alger, pour rendre hommage au défunt correspondant d’El Watan à Tébessa, Abdelhaï Beliardouh, mort en 2002. Des défenseurs des droits humains et de la liberté d’expression, des journalistes et de simples citoyens ont organisé le sit-in, tenant à exprimer leur indignation suite au verdict prononcé par le tribunal de Tébessa le 15 décembre dernier, qui accorde la liberté totale au bourreau de la victime, Saâd Garboussi (président de la Chambre de commerce et d’industrie de Tébessa) et à ses trois acolytes Zaoui Hocine, Allaoua Mohamed et Rezaïguia Mohcen. La partie civile et le quotidien El Watan ont décidé de faire appel. Réunis dans la matinée au sein de la maison de la presse Tahar Djaout, les militants et les journalistes présents ont déposé une gerbe de fleurs au pied du mur sur lequel était affiché le portrait du défunt Abdelhaï Beliardouh.

Des affiches écrites étaient également collées à l’entrée du bâtiment principal de la Maison de la presse. On pouvait lire des messages tels que «Pour le droit d’informer», «Pour le droit à la liberté d’expression», «Ne faites pas des journalistes une cible», «Non à l’impunité, justice pour Beliardouh», «Touche pas à ma presse», «Non à la terreur du pouvoir de l’argent», «Non à une justice qui protège les criminels», «Beliardouh assassiné par l’injustice» et «La lutte contre la corruption implique la lutte contre les corrupteurs». Divers slogans ont été scandés, à l’instar de «Abdelhaï mazalou haï (Abdelhaï est toujours vivant)», «Non à l’injustice», «Ksentini, le menteur» et «Presse libre et démocratique».
Outre des journalistes de la presse écrite (El Watan et le Soir), des représentants de mouvements sociaux ont pris part au rassemblement. On a pu noter la présence de membres du Collectif national pour les libertés citoyennes (CNLC), du Réseau pour la défense de la liberté et la dignité (RDLD), du Mouvement de la jeunesse indépendante pour le changement (MJIC), de SOS Disparus et du Mouvement démocratique et social (MDS). Des blogueurs indépendants, des victimes du terrorisme et des gardes communaux ont également assisté au sit-in pour apporter leur soutien.
 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Mehdi Bsikri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..