Direction des œuvres universitaires de Saïda : 43 employés licenciés en une année

Elwatan; le Mercredi 19 Decembre 2012
1


Une quarantaine de travailleurs dénoncent «leur licenciement de leur poste de travail par le directeur des œuvres universitaires de la wilaya». Ces pères de famille se sont retrouvés au centre commercial, lundi, en présence du député Didaoui Abdallah et de la presse écrite pour se plaindre de leur «limogeage et du comportement de ce responsable à leur égard». Les langues se délient et plus d’une quinzaine d’interventions font état de leur «enfer qu’ils ont subi». «Tout a commencé, il y a près d’un an, lorsque deux employés ont été renvoyés. Puis, six femmes exerçant dans la cuisine ont été remerciées le 7 décembre dernier.

Le directeur en a décidé ainsi, en ignorant les syndicats des travailleurs et les lois de la République ni commission de discipline, ni avertissement ou blâme, c’est l’inexorable renvoi définitif», témoigne un employé travaillant depuis 10 ans. Et un autre travailleur d’ajouter : «Devant cette situation cauchemardesque, nous avons, par esprit de solidarité, soutenu nos camarades injustement mis à la porte. En signe de représailles, notre responsable nous a tous licenciés, soit 35 fonctionnaires dont des titulaires et des responsables de syndicats de travailleurs, il y a de cela quelques jours.»

Abondant dans le même sillage, un syndicaliste,  qui s’est aspergé d’essence devant l’entêtement du directeur, nous confie : «Le Directeur n’a aucune considération à notre égard. Il refuse de recevoir ou de parler avec les petites gens que nous sommes.» Le député qui écoutait ces travailleurs licenciés leur explique la situation en ces termes : «Nous sommes 4 députés mobilisés par cette affaire qui a pris des proportions alarmantes. Ce directeur passe son temps à créer des problèmes au lieu de les résoudre. En ce qui nous concerne, la totalité des travailleurs doit réintégrer leurs postes. S’il touche un seul travailleur, on ira loin avec lui.»

Une jeune fille prend la parole : «J’étais candidate dans un parti et le directeur a refusé que je fasse ma campagne électorale, piétinant l’article 180 sur les lois relatives aux élections.» Nos trois tentatives de prendre attache avec le directeur des œuvres universitaires afin de nous livrer sa version des faits, ont été vaines. «En l’absence du directeur, l’intérim a refusé de nous recevoir, considérant qu’il n’a rien à déclarer», nous affirme un agent d’accueil de cette administration.
                     
 

Categorie(s): actu ouest

Auteur(s): Sid Ahmed

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..