Eboulement de terrain à Illilten (Tizi Ouzou) : le cris de détresse des villageois

Elwatan; le Lundi 24 Decembre 2012
73057


Les rédacteurs de la missive, qui interpellent et le Chef de l’Etat et le gouvernement, ne savent plus à quel saint se vouer. Ce village perché sur les monts de l’Azrou n’Thor sur les hauteurs du Djurdjura, à près de 70 km de la ville de Tizi Ouzou, vit la psychose à chaque goutte de pluie qui tombe. En effet, depuis le  28 avril dernier, des maisons entières ont étés charriées par un déversement impressionnant de limon et de boue au niveau du village et du chef lieu communal des Ath Illilten, et d’autres menacent encore ruine, dont des établissements scolaires, des ponts et des propriétés privées.

L’infaillible solidarité des villageois de la région, en collaboration avec les autorités locales et de wilaya, non préparées à ce genre de catastrophe et disposant de moyens dérisoires, ont certes réussi à parer au plus pressé, mais le danger reste imminent. Pour les rédacteurs de la lettre, véritable cri de détresse d’une population rurale se sentant abandonnée et livrée à elle-même - puisque qu’aucun ministre n’a daigné faire le déplacement et constater de visu l’ampleur de la catastrophe - les solutions conjoncturelles décidées au niveau de la wilaya n’ont pu réglé le problème. Pis encore, la cagnotte dégagée à cet effet - près d’une trentaine  de milliards de centimes - sera gaspillée dans le gabionnage et d’interminables déblayages des oueds, sans pour autant arriver à bout du problème et sécuriser les populations et leurs biens.

Pour s’en convaincre, les villageois ont fait savoir que les dernières pluies tombées en ce mois de décembre ont fait ressurgir l’écoulement de boue accentuant du coup la fragilité des maisons et établissements environnant ainsi que le pont situé sur la route CW 253, ce qui isolera du chef-lieu, au cas où il tombe, plusieurs villages. La rudesse de l’hiver dernier continue encore à hanter les esprits des Ath Illilten. Il est encore temps de réagir et prendre le taureau par les cornes avant qu’il ne soit trop tard. Une expertise nationale ou internationale doit être sollicitée afin d’apporter enfin des solutions à la mesure de la catastrophe.     

 

Categorie(s): economie

Auteur(s): Rédaction économie

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..