Ecole Primaire 11 décembre (Aïn Benian) : Des élèves en danger permanent

Elwatan; le Jeudi 9 Octobre 2014
89551


Les écoliers de l’établissement primaire 11 Décembre, à proximité de la forêt de Baïnem, sur les hauteurs de la commune de Aïn Benian, encourent, chaque jour que Dieu fait, un véritable danger. Selon des parents d’élèves qui ont pris attache avec notre rédaction, les écoliers évoluent dans un établissement dépourvu des moyens les plus élémentaires. «Nos enfants étudient dans une école construite sur un tas d’ordures.

C’était un ancien dépotoir à ciel ouvert. En plus, ils se retrouvent à 48 élèves par classe du fait du manque d’enseignants et de classes», affirment-ils. Construit en 2002, cet établissement scolaire devait accueillir 115 à 120 élèves répartis sur 6 classes, nous confie-t-on. «Seulement, avec la prolifération des bidonvilles et des constructions individuelles, le nombre d’élèves dans cet établissement est passé à plus de 450 pour un nombre de classes inchangé.»«Les élèves n’en peuvent plus, ils sont chaque jour stressés, et certains parents ont même interdit l’école à leur progéniture à cause des maladies et du fort taux d’humidité le matin», témoignent-ils.

«Le taux d’absentéisme est très élevé par rapport à d’autres écoles, il y a des élèves qui sont tombés malades et n’ont pas pu joindre l’établissement depuis 5 mois», affirment-ils. En sus des différents problèmes auxquels font face les élèves de l’école du 11 Décembre, les portes des classes, les verrous, les robinets des toilettes sont dans un état lamentable. «L’unique femme de ménage, qui a pris sa retraite en 2012, n’a pas été remplacée à ce jour, comme si la vie de ces chérubins n’avait pas d’importance, aussi bien pour les responsables chargés de ce secteur au niveau de l’académie que pour les élus locaux qui n’ont d’autre souci que les marchés publics et les couffins du Ramadhan», s’insurgent les parents.

Et d’ajouter que cet établissement est dépourvu de chauffage, de cantine scolaire, de ligne téléphonique pour les cas d’urgence. «Nos enfants ne peuvent plus étudier normalement. Un terrain vague mitoyen avec l’école a été transformé en terrain de foot et les gens qui y jouent profèrent des insanités. En plus, la sécurité laisse à désirer, aussi bien dans la journée que la nuit où des actes de vandalisme auraient été commis», poursuivent-ils.  

Les parents d’élèves, qui déplorent cette situation dramatique, interpellent aussi bien les responsables au sein de l’académie d’Alger- Ouest que les élus locaux afin d’intervenir et de régler l’ensemble de ces problèmes dans les plus brefs délais. «Nous avons peur pour nos enfants. Nous sommes de pauvres gens et nous avons aussi nos propres problèmes. Les responsables de la mairie doivent faire quelque chose pour nos enfants. Ceux de l’académie aussi. C’est leur devoir et c’est le nôtre aussi de défendre l’avenir de nos enfants».
Ces cris de détresse devraient inciter la ministre de l’Education nationale à diligenter une commission d’enquête afin de faire la lumière sur cette grave situation.

Categorie(s): alger

Auteur(s): Nadir Kerri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..