économie mondiale : «La reprise restera probablement modérée», selon l’OCDE

Elwatan; le Mercredi 20 Novembre 2013
1


Pour 2013, les prévisions de croissance de l’économie mondiale passent de 3,1% à 2,7%. L’estimation de 3,1% avait été faite dans un rapport établi au mois de mai dernier. Cette révision à la baisse est due en grande partie à des problèmes vécus par des pays émergents, notamment le Brésil et la Russie. Toutefois, l’Organisation table sur une croissance supérieure durant les années 2014 et 2015, avec respectivement 3,6% (contre 4% pour les prévisions du mois de mai) et 3,9%. Dans l’éditorial d’introduction du rapport de conjoncture, le secrétaire général adjoint de l’OCDE et chef économiste, Pier Carlo Padoan, a indiqué : «Alors que l’économie mondiale continue de croître à un rythme modéré, avec une accélération attendue pour 2014 et 2015, les perspectives de croissance ont été fortement revues à la baisse pour 2013 et 2014, en grande partie à cause du ralentissement pressenti dans de nombreuses économies de marché émergentes. Les risques de dégradation par rapport aux prévisions dominent et les pouvoirs publics doivent réagir.»

L’économiste en chef de l’OCDE estime que contrairement à la situation qui prévalait pendant les premières phases de la reprise, où le dynamisme des économies de marché émergentes a eu des retombées positives dans les économies avancées, il apparaît que la conjoncture internationale actuelle pourrait agir comme un amplificateur et une courroie de transmission des chocs négatifs en provenance de ces économies émergentes.

A titre d’exemple, il y a le cas du Brésil ou de l’Inde. En résumé, il ressort de ce rapport que l’activité mondiale et les échanges internationaux devraient se renforcer progressivement en 2014 et 2015, mais la reprise restera probablement modérée. «Cette accélération modeste s’explique par les retombées de l’amélioration antérieure des conditions financières, le soutien continu apporté à l’activité par des politiques monétaires accommodantes et la réduction de l’effet de freinage exercé par l’assainissement budgétaire. Néanmoins, le chômage devrait demeurer obstinément élevé dans plusieurs pays de l’OCDE.» selon le rapport de conjoncture.

De manière générale, l’OCDE estime que «le renforcement de la reprise aux Etats-Unis devrait progressivement réduire le chômage et résorber le volant des ressources inutilisées dans l’économie, l’inflation se rapprochant de l’objectif, tandis que dans la zone euro, la reprise atone de l’activité n’entamera guère les taux élevés de chômage et l’important sous-emploi des ressources maintiendra l’inflation à un très bas niveau. $Au Japon, l’inflation de base devrait devenir positive, mais rester nettement en deçà de l’objectif visé si l’on fait abstraction des effets de la fiscalité indirecte». Dans les grandes économies émergentes, la croissance devrait rester peu dynamique par rapport à l’expérience passée, selon le rapport. L’OCDE conseille aux Etats-Unis de supprimer le plafond d’endettement nominal prévu par la loi pour éviter les risques qu’il fait peser sur l’économie mondiale.

 

Categorie(s): economie

Auteur(s): Liès Sahar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..