Émigration clandestine : Un scanner ADN low-cost pour identifier les migrants illégaux

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


Avec la menace d’invasions migratoires qui pèse sur l’Union européenne – le total des personnes arrivées depuis le début des soulèvements en Afrique du Nord sur l’île italienne de Lampedusa dépasse désormais les 15 000, plus du triple des débarquements de toute l’année 2010 –, l’occasion est donnée pour dresser la plateforme publicitaire autour des dernières technologies américaines destinées à aider à mieux circonscrire le phénomène de l’immigration clandestine. A ce titre, récemment mis au point, un scanner ADN «Low-Cost» sera testé, cet été, par le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) américain. Et c’est dans des camps pour réfugiés et demandeurs d’asile à l’étranger que le petit scanner ADN portable sera éprouvé puis placé sur le marché des pays menacés par les flux migratoires au niveau de leurs frontières terrestres ou maritimes, indiquent des sources de Migreurop.

Ce dispositif est capable de vérifier l’identité et la parenté d’un individu à 99,99% en moins d’une heure et pour 100 dollars seulement, au moment où une analyse génétique conventionnelle (classique) nécessite plusieurs jours, voire semaines et revient à 500 dollars environ. Les «vertus» du Low Cost ne s’arrêtent pas là. En effet, expliquent nos sources, ce scanner pourrait également servir à l’identification de criminels, migrants illégaux, personnes disparues et victimes de catastrophes naturelles ou meurtres de masse. Ce nouveau dispositif, qualifié de «biométrie ADN rapide» et «Low-Cost», est pour ses concepteurs le génie des systèmes d’identification personnelle de par sa capacité à automatiser les analyses. Il pourrait être d’un apport certain pour les USA et leurs services de l’immigration, vu les 400 demandes d’asile dans le monde, 40 demandes aux Etats-Unis, 11 000 prises d’empreintes digitales et de photographies biométriques,
135 000 enquêtes de sécurité nationale, 3400 obtentions de nationalité, dont 30 servent dans l’armée, en attente de traitement.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Naima Benouaret

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..