En attendant un changement de statut

Elwatan; le Mardi 18 Decembre 2012
1


Selon les classifications internationales, il y a trois catégories de pays. Les pays totalitaires où l'oxygène est rationné, mais où la corruption est limitée. Il y a ensuite les pays démocratiques où les libertés sont protégées, les contre-pouvoirs bien définis et la corruption surveillée. Enfin, il y a cette troisième catégorie hybride où l'esprit démocratique n'est pas ancré, mais où la corruption atteint des sommets. C'est avec une immense douleur que nous apprenons que l'Algérie appartient à cette dernière catégorie.

Chacun le sait, y compris les hommes d'Etat, les détournements, pots-de-vin et malversations diverses ont dépassé tous les niveaux d'alerte, 100 fois plus qu'à l'époque de Chadli, au sujet duquel chacun aime à dire qu'il a démocratisé la corruption. C'est là où l'Algérie, déjà particulière, devient exception d'une sous-catégorie encore plus particulière. Le rapport qu'entretient l'Algérie avec la corruption n'est pas une affaire d'Etat, mais issu d'un rapport très personnel. C'est le Président lui-même, accusé par Chadli de corruption et traîné devant la justice, qui, par vengeance frontale et calcul délicat, éviterait de se mêler de lutte contre la corruption pour que la balle ne lui soit pas renvoyée.

Stratégie rendue possible grâce à la structure juridique du pays, dirigée de façon très personnelle, genre d'EURL autocratique, entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, plutôt qu'une SARL à la gestion commune. Mais si la monomanie, l'hyper-présidence, la paranoïa et la centralisation de tous les pouvoirs posent de gros problèmes de gouvernance, c'est probablement dans cette responsabilité limitée que se situe le véritable drame. Quand le régime changera, nous n'aurons pas grand-chose à faire à part compter les pertes financières et payer les dettes. Tracer deux nouvelles colonnes vierges, dépenses et recettes, et compter sur Dieu. Ou plutôt sur les faiseurs de rois.

Categorie(s): point zéro

Auteur(s): Chawki Amari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..