En bref…

Elwatan; le Mardi 29 Mars 2011
1


- Affaire BNA : Deux officiers de police condamnés à 12 ans de prison


Le tribunal d’Azazga (Tizi Ouzou) a condamné, hier à 12 ans de prison ferme, l’ex-chef de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Tipasa, Z. Messaoud, et son adjoint O. Yacine, jugés dans une affaire de «dilapidation de fonds» de la Banque nationale d’Algérie (BNA), selon l’APS qui a cité des sources judiciaires. Le procureur de la République avait requis, le 15 mars, 20 ans de prison à leur encontre dans cette affaire, impliquant, outre ces deux policiers, Achour Abderrahmane et un troisième policier ainsi qu’un chauffeur, selon l’arrêt de renvoi. L’homme d’affaires, Achour Abderrahmane, a, quant à lui, écopé de sept ans de réclusion, alors que le représentant du ministère public avait requis contre lui une peine de 10 ans de prison. Un autre officier, Z. Djamal, et son chauffeur S. Nadir, ayant comparu dans la même affaire, s’en sont sortis avec deux ans de prison ferme pour chacun.



- Mines étrangères : La majorité du capital cédé à des Zimbabwéens      

    
Toutes les entreprises étrangères possédant des mines au Zimbabwe devront céder la majorité de leurs parts dans les six mois, selon de nouvelles réglementations publiées hier. Les nouvelles règles étendent à toutes les sociétés le champ d’application d’une «loi d’indigénisation» publiée l’an dernier, qui obligeait les compagnies minières étrangères évaluées à
500 000 dollars de vendre au moins 51% de leur capital à des Zimbabwéens. Le nouveau seuil est maintenant fixé à un dollar. «Une part majoritaire, ou 51% des actions, doit être détenue par des Zimbabwéens indigènes dans les entreprises minières non indigènes», selon le texte publié hier dans le journal officiel du pays.



- Méditerranée : Exercice franco-algérien de surveillance et de sécurité     

    
Un exercice bilatéral de surveillance et de sécurité maritime en Méditerranée occidentale, mobilisant des forces navales françaises et algériennes, a débuté hier à Toulon (sud-est de la France) et se terminera le 12 avril à Alger, a appris l’AFP auprès des autorités françaises.  Baptisé «Raïs Hamidou 11», cet exercice s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération et d’amitié dans le domaine de la Défense signé le 21 juin 2008 entre la France et l’Algérie. Il vise à consolider la coopération opérationnelle entre les forces navales algériennes et la marine nationale française dans les domaines de surveillance et de sécurité maritimes, a expliqué la préfecture maritime de la Méditerranée basée à Toulon. L’objectif est de développer l’interopérabilité entre les unités et le partage des expériences et des connaissances dans des situations de crise comme la pollution, le sinistre en mer ou le trafic illicite. La première phase de cette manœuvre se déroulera à quai à Toulon jusqu’au 2 avril et sera destinée à la préparation des activités en mer. Une opération aéro-maritime de recherche, d’interception et de secours aura lieu ensuite au large des côtes algériennes.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): A.F.P.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..