En bref

Elwatan; le Mercredi 19 Decembre 2012
1


-Le Parlement syrien a adopté hier un budget de crise marqué par une hausse des dépenses courantes, une chute vertigineuse des recettes et un doublement du déficit, a indiqué l’agence officielle Sana. Dans la loi de finances 2013, les dépenses augmenteront de 4,3% mais en valeur réelle, elles diminueront en raison de l’inflation de 36% et de la chute de la monnaie face au dollar. Le budget doit désormais être approuvé par le président Bachar Al Assad, dont le régime est secoué depuis mars 2011 par une révolte populaire.

-Des risques «importants» continuent de peser sur la situation économique en Grèce en dépit du déblocage partiel de l’aide de ses créanciers internationaux, a prévenu hier le groupement des plus grandes banques mondiales dans un rapport. «Avec un PIB qui devrait décliner d’environ 4 à 5% l’année prochaine (...) et une cohésion sociale mise à l’épreuve par des nouvelles mesures d’austérité, les risques sur le plan d’aide de l’UE et du FMI resteront importants», a estimé l’Institut de la finance internationale (IIF).

-Le taux de créances douteuses des banques espagnoles, largement exposées au secteur immobilier sinistré, a enregistré en octobre un nouveau record historique, selon les chiffres publiés hier par la Banque d’Espagne. Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont atteint 189,6 milliards d’euros en octobre, soit 11,23% du total des crédits, contre 10,71%, le mois précédent. Il s’agit d’un nouveau record depuis le début de la série statistique, en 1962.

-Chypre risque de ne pas pouvoir rembourser des prêts dus en décembre et verser les salaires des fonctionnaires si un accord sur un plan de sauvetage n’est pas conclu rapidement avec la troïka des bailleurs de fonds, a indiqué un responsable gouvernemental lundi dernier. «Si dans les jours à venir l’Etat ne peut pas obtenir 250 à 300 millions d’euros, alors il cessera d’honorer des paiements», a déclaré un cadre au ministère des Finances, Christos Patsalides, à un comité parlementaire.

-La Banque de Suède a abaissé hier son taux directeur de 0,25 point à 1% afin de soutenir l’économie suédoise affectée par la crise en zone euro. La direction de la Banque de Suède a décidé de baisser son taux directeur pour soutenir l’économie suédoise et contenir le taux d’inflation en dessous du seuil de 2%, relève la RiksBank dans un communiqué. En octobre, après avoir fait une pause dans la baisse de son taux, la Banque centrale avait indiqué qu’elle prévoyait de l’abaisser durant l’hiver.

-La banque suisse UBS pourrait se voir imposer une amende combinée de 1,5 milliard de dollars (1,13 milliard d’euros) dans le cadre du scandale du Libor, rapporte le Financial Times dans son édition d’hier. «UBS est proche de finaliser un accord avec les autorités britanniques, américaines et suisses selon lequel la banque paiera près de 1,5 milliard de dollars», affirme le quotidien britannique. Selon les termes de cet accord, sa filiale japonaise se déclarera coupable de délit pénal au regard du droit américain, ajoute le Financial Times.
 

Categorie(s): economie

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..