En bref…

Elwatan; le Dimanche 4 Octobre 2015
1


- 61 dossiers d’investissement validés

L’investissement touristique dans la wilaya de Béjaïa se concentre sur la bande littorale, longue de 100 kilomètres. Les zones d’expansion touristique qui se situent sur la côte bougiote sont prisées. D’après le chef de service de la direction du tourisme de la wilaya de Béjaïa, 61 dossiers ont été traités au niveau du Calpiref et les promoteurs ont bénéficié de lots au niveau de différentes zones d’expansion. Il précise aussi que 80% des bénéficiaires des lots dans le cadre de ce dispositif ont opté pour des investissements touristiques.

Cependant, le responsable a indiqué qu’en ce moment, pas moins de 34 projets sont en cours de réalisation. Il s’agit essentiellement des structures d’accueil d’une capacité totale de 2842 lits qui peuvent employer 1274 personnes. A rappeler que la capacité d’accueil des structures à travers la wilaya ne dépasse pas les 4007 lits, repartis sur 72 hôtels. Les investisseurs qui ont déposé leur dossier au niveau du Calpiref
(Comité d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la régulation du foncier) ont projeté majoritairement la construction d’hôtels.

- Quels débouchés pour le CFPA d’Aokas ?

Le peu d’engouement des jeunes pour les métiers du tourisme et de l’hôtellerie peut être présenté comme un indicateur du sous-développement du secteur du tourisme dans la wilaya de Béjaïa. Le manque d’infrastructures hôtelières (72 hôtels) et de débouchés dans le secteur du tourisme poussent inévitablement les jeunes à s’éloigner de ces métiers.

Pourtant, ce n’est pas l’offre de formation dans ce domaine qui fait défaut. En l’absence d’un institut ou d’une annexe de l’Institut national des techniques hôtelières et touristiques dans cette région touristique, la direction de la formation professionnelle a varié un tant soit peu ses offres en matière de métiers dédiés au tourisme.

Cette volonté s’est traduite à l’ouverture officielle de l’année de la formation professionnelle par la réception de l’extension du CFPA d’Aokas spécialisé dans les métiers du tourisme et de l’hôtellerie d’une capacité de 150 places supplémentaires. Toutefois, pour cause de manque d’infrastructures pouvant absorber cette main-d’œuvre, les stagiaires, après la formation, optent pour d’autres créneaux. Par exemple, ouvrir des fast-foods ou un petit restaurant avec l’aide du dispositif Ansej. L’absence d’essor touristique se traduit également par le niveau des effectifs que reçoivent les centres de formation. 274 stagiaires en mode apprentissage et 57 en mode résidentiel dont la plupart finissent comme gérants de fast-foods.

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): N. D.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..