Équipements des Verts contrefaits : Un énorme manque à gagner pour l’équipe nationale

Elwatan; le Dimanche 17 Novembre 2013
1


C’est le cas actuellement, alors qu’on est à deux jours de la rencontre Algérie-Burkina Faso prévue ce mardi au stade de Blida, comptant pour les barrages retour qualificatifs pour la Coupe du monde 2014.
Dans la capitale, il n’y a pas une rue où l’on ne trouve des équipements sportifs des Verts, bien évidemment contrefaits. Le nombre important d’étals improvisés pour l’occasion donne l’impression que cette «activité» est tout à fait légale. Or, le commerce des équipements contrefaits de la sélection nationale représente un manque à gagner non négligeable pour la Fédération algérienne de football (FAF) et l’équipementier des Verts, en l’occurrence Puma. Des revendeurs, dans certains quartiers de la capitale, proposent même des maillots de l’équipe nationale fabriqués en Chine. Un commerce de plusieurs centaines de millions de centimes qui aurait dû profiter à la sélection elle-même.

C’est le cas également des clubs de football, dont les maillots sont systématiquement contrefaits, même si leurs équipementiers disposent d’une ou plusieurs boutiques. Ailleurs, le «marchandising», la vente de ce qui est appelé les «produits dérivés» (écharpes, maillots, sacs à dos…) estampillés aux couleurs du club ou de la sélection est une source importante de rentrées financières. Par exemple, la vente de ces produits génère pour l’Olympique de Marseille (France) environ 10 millions d’euros par an. Les gains en la matière pour les clubs les plus réputés d’Europe (Barça, Real, Manchester…) sont beaucoup plus importants. En Algérie, quatre ans après son lancement, le professionnalisme dans le football n’a pas pu booster ce créneau, encore moins le réglementer ou l’organiser.

Un responsable du représentant officiel en Algérie d’un grand équipementier sportif américain nous a déclaré avoir décidé de ne plus s’associer avec les clubs nationaux en tant qu’«équipementier officiel» à cause de la contrefaçon.
Ces marques ne font pas dans le mécénat. Si elles équipent des clubs ou des sélections, c’est pour arracher des gains en contrepartie, notamment par la vente des équipements. Des ventes qui profiteront également aux équipes concernées. Dans le cas où l’informel prédomine, les clubs et les sélections passent à côté d’énormes bénéfices. C’est le cas actuellement pour l’équipe nationale de football.
 

Categorie(s): sports

Auteur(s): Abdelghani Aïchoun

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..