Europa League : L’Atletico Madrid met fin à sa malédiction

Elwatan; le Vendredi 14 Mai 2010
49293

L’Atletico Madrid, catalogué «serial loser» du football espagnol, a remporté son premier trophée depuis 1996 en venant à bout (2-1 après prolongations) des courageux Anglais de Fulham dans la finale de la première édition de l’Europa League, mercredi, à Hambourg.
Dans cette finale inattendue et quelque peu improbable entre Fulham, club sans pedigree et l’Atletico, en quête de son glorieux passé, ce sont les Espagnols qui prenaient le meilleur départ avec Diego Forlan dont la frappe heurtait le poteau gauche de Schwarzer (11). Et c’est encore l’attaquant uruguayen qui avait le mot de la fin en inscrivant le but d’une retentissante frappe à la 116’ au terme d’un match échevelé. Les Madrilènes, beaucoup plus adroits techniquement, à l’image de Sergio Agüero, prenaient vite leurs aises, notamment sur le flanc gauche où l’Argentin malmenait la défense de Fulham, mais à deux reprises (23’ et 26’), ses centres en retrait ne trouvaient pas de destinataire. L’Atletico concrétisait sa nette domination à la 32e minute avec beaucoup de réussite. Reyes, vieille connaissance du championnat d’Angleterre, trouvait juste à l’entrée de la surface de réparation Simao qui servait Agüero dans le dos, mais l’Argentin, gendre de Diego Maradona, parvenait tout de même à tirer.

Cinq victoires seulement

Sa reprise était détournée par un défenseur de Fulham, mais arrivait dans les pieds de Forlan, qui trompa Schwarzer. L’avantage des Madrilènes ne dura que cinq minutes, alors que Bobby Zamora s’ouvrait le chemin du but, mais tardait trop pour tirer, les Londoniens récupéraient le ballon et Simon Davies égalisait d’une superbe demi-volée. A la pause, Roy Hodgson a visiblement passé à ses joueurs la consigne de monopoliser la ballon et de faire courir les Madrilènes. Cette stratégie faisait mouche malgré la sortie de Zamora (55’), toujours handicapé par une blessure au tendon d’Achille, et Fulham, beaucoup plus physique que son adversaire, déstabilisait la belle mécanique espagnole, un peu trop sûre d’elle-même.

Davies était bien prêt de doubler la mise (60’), mais David de Gea s’interposait. Damien Duff inquiétait encore le portier espagnol (67’) quand les «Matelassiers» multipliaient les maladresses et abusaient de centres à la grande joie des défenseurs londoniens. Fulham dominait, mais ne trouvait pas de solution avant la fin du temps réglementaire. En prolongation, Forlan (101’) et surtout Aguero (105’) avaient au bout du pied le but de la victoire mais, manquaient de précision. Forlan mettait fin aux rêves des Londoniens, qui avaient écarté de leur route des grands noms du football européen, comme le tenant du titre Shakhtar Donetsk, la Juventus Turin et Hambourg. A Hambourg, l’Atletico, vainqueur de la défunte Coupe des vainqueurs de Coupe en 1962, a signé seulement sa cinquième victoire en Europe cette saison, mais une victoire qui restera dans les mémoires et met fin à une longue disette.

Categorie(s): sports

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..