Expérience pilote dans l’oléiculture

Elwatan; le Lundi 17 Mai 2010
49376

Tazmalt est à la veille de vivre une première expérience de développement local qui pourrait définitivement la sortir de la misère dont elle patauge depuis longtemps.
La daïra qui dort sur un véritable trésor, que constitue son grand potentiel oléicole, vit un chômage endémique et peine à trouver sa voie pour le développement. La signature d’une convention, jeudi 6 mai, entre l’association Tazerajt et le Comité National Interprofessionnel Oléicole (CNIO) constitue le point de départ de ce qui pourrait être une véritable dynamique économique à même de propulser toute la région et lui assurer un décollage économique. Cette signature a eu lieu en marge de la 2è fête de l’agriculteur de la Soummam, organisé les 6, 7 et 8 mai derniers. Etaient présents une délégation du ministère de l’agriculture, les DG de l’ONILEV (l’instance de régulation des Fruits, légumes et viandes), de l’INRAA et de l’ITAF (instituts de recherche) et le président de Filaha Inove, …).

A charge pour ses différents acteurs et promoteurs,de s’organiser et fédérer leurs énergies pour concrétiser le programme. Il ne s’agit pas là d’un nouveau programme de soutien de l’Etat. Cela découle d’une nouvelle approche du développement de l’agriculture : l’approche Filière qui consiste à organiser les différents intervenants d’une filière (l’oléiculture dans le cas présent) et développer leurs synergies. D’où le nouveau cadre de concertation institué par l’administration de l’agriculture, l’Interprofessionnel, que son président, Akli Moussouni, nous présente comme «une nouvelle dynamique, une première du genre en Algérie qui consiste à faire participer la profession au montage des programmes de développement qui la concernent, mais aussi à la prise de décision qui concerne son avenir».

En clair, le développement se construit sur la base des réalités du terrain. Il s’agit, comme cela se passe un peu partout dans le monde, de construire des modèles de développement localisés, basés sur la mise en valeur des ressources locales (produits, savoir, compétences, entreprises, institutions, …). Pour Tazmalt, il s’agira d’améliorer sa production oléicole, qualité et quantité, avoir les infrastructures nécessaires (stockage, laboratoires d’analyses…) pour avoir un produit exportable.
Un projet tout à fait à la portée de la commune. A condition qu’elle le veuille et s’y mette. Il y a là une très bonne perspective. Le programme pourrait constituer une réelle locomotive pour la région et le pays.

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): M. Y.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..