Exportations d’hydrocarbures : projet d’un nouveau terminal

Elwatan; le Mercredi 19 Decembre 2012
72951


Le port de Bejaia, a passé commande récemment, d’une étude de faisabilité, visant la réalisation ex :nihilo, d’un nouveau terminal à Hydrocarbures, prévu dans la zone marine non aménagée de Sidi-Ali Lebhar, avec l’objectif de renforcer fortement «les capacités nationales de chargement en hydrocarbure et gagner en réactivité face à la demande internationale», selon le P.D.G de l’EPB, M.Djelloul Achour. L’étude  a été confiée au Laboratoire national des études maritimes (L.E.M), qui déjà possède à son actif, la réalisation conceptuelle d’un projet plus global, visant l’agrandissement de toute l’infrastructure portuaire sur une superficie de 50 hectares mais qui tarde, pour des raisons méconnues à connaitre sa concrétisation.

L’argument seriné depuis des années tient à la lourdeur de son coût. Ce qui n’est pas le cas pour le sort du nouvel ouvrage en prévision, inscrit, sous le sceau de l’urgence, en raison de l’obsolescence, du terminal actuellement en fonction.
Construit en 1959, il ne semble plus adapté, non seulement,  à l’augmentation du trafic des hydrocarbures mais pêche de plus par sa position à la fois maritime (faiblesse de son tirant d’eau, et siège d’importants ressacs en période d’intempéries) qu’urbaine, étant, localisé aux frontières de la ville, avec tous les risques intrinsèques de sécurité qu’il fait peser sur les  riverains. Mais pas seulement. Car au-delà,  sur toute l’étendue du boulevard du front de mer, une noria de camions transportant des produits inflammables y transite, menaçant à tout moment d’une grande catastrophe.

Aussi, l’un des motifs, par delà les considérations de stratégies économiques, ayant motivé sa délocalisation reste cet aspect sécuritaire qui n’est pas des moindres.L’idée étant d’éloigner de la trame urbaine, tous les engins qui viennent pour s’y approvisionner, en leur permettant d’accéder au nouvel équipement directement depuis les grands axes routiers et ultérieurement peut-être, a partir d’une bretelle autoroutière, prévue dans un autre projet, celui de la pénétrante entre Bejaia et Ahnif, lieu de jonction de l’autoroute Est-Ouest. Le projet, soutenu par le ministère de l’énergie, sera mis à exécution  dés la réception de cette étude. Il est conçu pour accueillir de gros tankers, pouvant charger d’une traite plus de 280 000 tonnes d’hydrocarbures. Pour ce faire, outre son tirant d’eau, porté à plus de 22 mètres, il sera doté de quatre appontements, et d’une surface de terres pleins de 26 hectares, à gagner en mer ainsi que de quatre nouveaux bacs de stockage, d’une capacité de 50 tonnes d’hydrocarbures
chacun.
 

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): A. Semaoun

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..