Exposition de Linda Bougherara : Elle est dans son élément…végétal

Elwatan; le Samedi 16 Novembre 2013
81057


Lynda Boughera a exposé récemment à la galerie de Lotus Conseil, à Hydra, à Alger, une collection baptisée «Ephéméride de l’âme». Elle y montre et démontre une dextérité, une finesse et une justesse... une certaine élégance !  Et puis, cette atmosphère, cette aura, cet air qui n’est pas du tout vicié. Que nenni ! Des fragrances fleurant bon, un je ne sais quoi de «bio» (pour ne pas dire biosphère), celui d’une artiste à la main verte. Et pour cause ! Linda Bougherara est partie, contre toute attente, convoquer un matériau rarement usité de par le monde et jamais en Algérie. Un élément essentiel : l’algue et plus précisément le palmier washingtonien. Comme dans son œuvre Palmeraie d’Alger, et ce, dans le cadre du Forum international de la mer en 2014, à El Djadida. Une exposition d’artistes peintres femmes.


Main verte


«Il y a très peu d’artistes qui ont travaillé de cette manière avec les algues», nous précisera Linda Bougherara. Aussi, ambitionne-t-elle de créer un espace approprié. Un atelier de papier artisanal conçu à partir d’algues et de végétaux en Algérie. «Cela renforce ma détermination», étayera-t-elle. Un trait bucolique soulignant une trentaine d’œuvres réalisées, dont deux figurant dans la collection «Ephéméride de l’âme». Palmeraie d’Alger et Palmier washingtonien. En arpentant la galerie Lotus Conseil, le visiteur observera immanquablement des haltes devant des œuvres de bonne facture comme les gravures «Les Sternes», «Mémoire vive», «Délinquance de l’esprit», «Le souffle de l’âme», «Cœur brisé», «L’Eveil du coquelicot», «Montagne rouge»…

Autant de titres aussi poétiques qu’oniriques, animant une surface avec des  tours et atours cursifs, calligraphiques ou encore psychédeliques, comme les fresques «Montagne superbe» et «Empreintes enfouies», exhibant un travail d’orfèvre de par son repoussoir caractéristique, le pigment. Et puis, le livre peint aquarellier où Linda Bougherara orchestre des couleurs sur des mots de Kateb Yacine, Tahar Djaout, Z’hor Zerrari, Jean Amrouche ou encore Goethe. De surcroît, Linda Bougherara, adorant les belles lettres, anime à l’occasion des lectures musicales où la magie des mots, opère et la note bleue sonne et résonne, avec art… pictural. Bref, elle se voit en peinture !
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): K. Smaïl

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..