Faits historiques : Il y a 57 ans, le combat héroïque de Kaïdi Abdellah et ses hommes

Elwatan; le Samedi 11 Octobre 2014
1


L’attaque n’aura pas finalement lieu, puisque le groupe sera encerclé aux premières heures du mercredi 2 octobre au maquis de Djebel Ouahch. Selon la Dépêche de Constantine qui a rapporté les faits dans son édition du vendredi 4 octobre 1957, les services français avaient reçu des informations sur la présence d’un groupe de «rebelles» dans ce maquis, en prévision d’une attaque imminente sur la ville. «Il faudra s’attendre au cours des prochaines semaines à une recrudescence des actes terroristes», avait déclaré l’inspecteur général de la ville, Maurice Papon, lors d’une conférence de presse tenue le 17 septembre 1957 en compagnie du général Loth, commandant le Corps d’armée de Constantine.

L’accrochage du 2 octobre a vu la mobilisation d’un important contingent de l’armée française, avec des renforts venus de Constantine et de Condé Smendou (actuelle Zighoud Youcef), avec l’intervention de l’aviation, contre une trentaine de moudjahidine dirigés par Kaïdi Abdellah. Ces derniers, armés de fusils classiques et seulement deux fusils mitrailleurs, ont livré un  combat héroïque qui a duré toute la journée. Ils réussiront même à abattre un avion, faisant quatre morts parmi les forces de l’ordre françaises, dont un lieutenant des troupes terrestres et un capitaine d’aviation, selon les sources coloniales, qui avancent l’élimination de 16 «rebelles» et la capture de 6 autres.

Un groupe composé de 6 moudjahidine, dont Kaïdi Abdellah, Kikaya Achour et Ahmed Belbordj, responsable du douar d’Ain Kerma, réussiront à desserrer l’étau avec la tombée de la nuit. L’opération militaire se poursuivra le lendemain matin à la recherche des éléments du groupe dispersé au cours de l’accrochage de la veille. Un vaste mouvement d’encerclement fut entrepris avec la participation de troupes venues de Constantine et de Redjas.

Toute la région située entre Ain Kerma et l’Oued Rhumel fut totalement quadrillée. Les éléments de Kaïdi Abdellah furent accrochés dans la matinée du jeudi 3 octobre 1957. Le chef de la kasma de Constantine ville et ses hommes tomberont les armes à la main. L’opération a été considérée par les services de l’armée française comme étant l’une des plus importantes menées dans la région de Constantine durant l’année 1957.                                                            
 

Categorie(s): constantine

Auteur(s): Arslan Selmane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..