Fantasmagorie…

Elwatan; le Mercredi 4 Mars 2009
1

Le centre universitaire Akli Mohand Oulhadj de Bouira, dont les étudiants ont débrayé -il y a quelques semaines- pour cause de dégradation des conditions socio-pédagogiques qui y prévalent, ont -tout d’un coup- pris la décision de reprendre le chemin des bancs de leurs amphis.

La raison, non moins connue de tous : les comités estudiantins faisant visiblement preuve de donquichottisme, en prenant en halène une direction qui n’arrivait point à jeter les dés d’une conversation, ne serait-ce qu’amiable, n’ont pas hésité à troquer leurs «glaives» contre des toges de moines au service de la non-moins tonitruante campagne en faveur du président-candidat, Abdelaziz Bouteflika. Une rencontre des «barons syndicalistes» avec l’une des figures les plus connues dans le milieu des comités de soutien au président, depuis 1999, et non moins initiateur de la fameuse campagne de «lifting» du parti FLN en 2004, avait bien eu lieu, il y a à peine une semaine. Affaire conclue, les illuminés se font reconnaître et prennent bien de l’altitude par rapport aux responsables de l’université qui, eux, ne sortent pas de leur hivernage printanier, souhaitant que l’accalmie dure le temps d’une session d’examens dont on connaît déjà les résultats… des diplômés, plutôt «de nouveaux cadavres», pour reprendre les termes de la déclaration des étudiants algériens musulmans, signée un certain 19 mai 1956.
Cependant et en ce temps-là, avec même le fait avéré du deal signé avec beaucoup de complaisance avec les bailleurs de fonds de la «chita», certains cercles se complaisent à évoquer le spectre de l’année blanche. Une fantasmagorie digne de Robertson. Serions-nous tentés d’y croire ? Non ! Pas du tout. Mais, faudra-t-il chercher les velléités ailleurs. «Bou quistiou !», comme disaient bien nos vieillards…

Categorie(s): actu kabylie

Auteur(s): Lyazid Khaber

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..