Fatma Ghandur. Journaliste, enseignante, militante associative : «Seul le peuple peut faire sortir les milices»

Elwatan; le Lundi 18 Novembre 2013
81110


-Que pensez-vous des incidents qui se sont déroulés ces derniers jours ?

Honnêtement, l’absence de l’Etat se fait de plus en plus ressentir. Les milices sont de plus en plus fortes sur le terrain, elles sont les mieux armées. Il fallait donc s’attendre à de tels écarts, surtout que les troupes formant les milices ne sont pas disciplinées.

-Comment voyez-vous l’issue ?

En l’état actuel des choses, vu l’absence de crédibilité des partis politiques et du Congrès national général, il ne reste plus que la société civile pour mobiliser la population et la sensibiliser aux véritables enjeux. Regardez comment les notables des tribus sont parvenus à ramener la stabilité alors que le pays traverse une situation explosive.
C’est parce que ces notables sont intégrés au sein même de la population et bénéficient du respect et de la confiance de leurs concitoyens, tout comme les organisations de la société civile. Seules ces composantes du peuple peuvent rétablir l’ordre, faire sortir les milices des villes et remettre la révolution sur les rails.

-Etes-vous optimiste ?

Je n’ai jamais perdu espoir et cela n’est pas de l’utopie. N’oubliez surtout pas que cette profusion d’armes en Libye est aussi un facteur de stabilisation. Les armes d’une part, les notables de l’autre, aident à établir l’équilibre. Encore faut-il qu’il y ait de la créativité au sein de la classe politique qui est appelée à lâcher la hantise des chaises au profit de l’intérêt national.
 

Categorie(s): international

Auteur(s): Mourad Sellami

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..