Fermetures de routes à Béjaïa : La Chambre du Commerce sort de sa réserve

Elwatan; le Lundi 28 Mars 2011
56957


Les répétitives fermetures des principaux axes routiers de la wilaya de Béjaïa, comme ultime moyen de contestation sociale, ont fini par faire sortir de sa réserve la Chambre de Commerce et d’Industrie de Béjaïa. Sans dénier, à l’origine des démonstrations de rue, le sentiment d’abandon des populations, par suite de promesses non tenues, les sociétaires de la chambre de Commerce et d’Industrie ne se trouvent pas moins pénalisés par une récurrence de ce mode de protestation, «pour un oui, pour un non».
Citant, dans un communiqué rendu public, l’exemple de paralysie du trafic pendant «des journées entières pour la réclamation d’un simple bitumage d’une route impraticable, une mauvaise répartition dans la distribution d’eau ou des salaires impayés».

L’organisation patronale extrapole le registre lacunaire sur le blocage et l’opposition infligés à la région en matière de projets d’intérêt général, notamment «carrières, raffinerie, routes, gaz de ville, décharges publiques,…». Des projets qui auraient été «générateurs d’emplois et de richesses pour la région». La protestation dans la forme décriée, si elle s’avère pénible pour les voyageurs, est donc vécue «à perte» par les industriels, les commerçants, les artisans, les transporteurs de marchandises, les utilisateurs du port et les travailleurs qui n’arrivent pas à joindre leur lieu de travail, lit-on dans la déclaration qui ajoute que les acteurs concernés par la solution attendue «se rejettent la responsabilité». Un «laisser-aller» risquant de bien chiffrer.

Les premiers signaux proviennent du port ; «des importateurs et exportateurs réfléchissent à déménager» vers d’autres ports du pays.
Selon le PDG de l’EPB, M. Moussaoui, cette option n’est pas exclue par notamment trois importateurs de bois. Pour la Chambre du Commerce et d’Industrie de Béjaïa, les fermetures de routes, ajoutées à «l’impraticabilité» de la voie desservant l’Arrière-port entraînent des «millions de dollars» de frais de surestaries et d’emmagasinage.
Et à moyen terme, on craint un «grave préjudice» au plan économique et social, se traduisant par la perte d’un très grand nombre d’emplois. Pour éviter un tel scénario à la région, l’organisation patronale emprunte la voie médiane.
Elle appelle les citoyens à faire preuve «de sagesse, de patience et d’organisation» dans l’expression de leurs revendications légitimes mais l’appel est surtout lancé aux élus et aux pouvoirs publics pour «sérieusement» prendre en charge les doléances des citoyens, et afficher «une rigueur» dans la prise de décisions.

Par le biais de leur organisation, les opérateurs économiques de Béjaïa suggèrent également au wali, des rencontres de concertations périodiques pour débattre des projets et de leur conduite, à même de «remettre» la wilaya sur le chemin de la croissance.
 

Categorie(s): bejaia

Auteur(s): Rachid Oussada

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..