Festival national de la musique et de la chanson amazighes : des soirées sublimes à Tamanrasset

Elwatan; le Mardi 25 Decembre 2012
73080


Tamanrasset
De notre envoyé spécial

Les activités de la 5e édition du Festival national de la musique et de la chanson amazighes suscitent véritablement un engouement particulier chez la population locale à Tamanrasset. L’esplanade de la Maison de la culture de la capitale de l’Ahaggar grouille, chaque soir, de monde, lors des spectacles donnés par les troupes participantes à ce rendez-vous culturel. Samedi, le public a assisté à des productions d’artistes aux talents incontestables, compte tenu de leur prestation remarquable. Ainsi donc, la chorale polyphonique Abzim, venue de Sidi Ali Bounab, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a réussi, une heure durant, à subjuguer les présents qui ont eu droit à des instants de joie indescriptible.

Ces jeunes talents ont, en effet, offert à l’assistance un récital magnifique avec des musiques envoûtantes. Ils sont jeunes, certes, mais très prometteurs, et qui plus est, ils chantent dans plusieurs langues. Ils ont d’ailleurs interprété des chants qui ont fasciné plus d’un. Les enfants prodiges de la troupe Abzim ont terminé leur concert sous les fortes ovations du public. Durant la même soirée, et en présence du wali et de la représentante de la ministre de la Culture, on a assisté également au passage du groupe El Djorf, qui a pris le relais, en interprétant des textes aussi bien raffinés qu’attrayants.

Tout en présentant une splendide chorégraphie, ces artistes de Tébessa ont puisé dans les racines profondes du terroir de la chanson chaouie, pour enchanter l’assistance. Une soirée multicolore empreinte d’une diversité de chants et musique amazighs.
Le rendez-vous de Tamanrasset est un carrefour de toutes les variantes de la culture berbère. Après les Kabyles et les Chaouis, c’était au tour des Touareg de donner plus de tonus à la manifestation, puisque les artistes d’Ahellil de Gourara ont clôturé la soirée en apothéose, après avoir enflammé le public. Pour ce qui est du programme d’hier, le chanteur kabyle, Loualia Boussad, de l’ancien groupe Idurar, devait se produire dans la soirée avec Adbire n’Wawras et le musicien targui Chaliali Okha.

Par ailleurs, il est utile de rappeler que durant ce festival, qui s’étalera sur une semaine, 15 groupes artistiques, issus des concours locaux de la chanson amazighe (Kabylie, Aurès, Toureg et M’zab), sont en lice pour prétendre aux premières places de cette manifestation. Des invités de marque sont également au menu de cette édition, à l’image de la diva de la chanson kabyle Nouara, qui se produira demain.
Le jury du concours est composé aussi d’artistes ayant un riche parcours, comme Kamal Hammadi. Le commissaire du festival, Karim Arib, s’est montré très satisfait de l’organisation de la manifestation, comme il souligne également que, cette année, l’occasion est donnée beaucoup plus aux jeunes talents, pour mettre à profit leurs aptitudes avérées dans la production artistique. Outre le concours, plusieurs autres chanteurs sont attendus ces jours-ci, à Tamanrasset, où la fête continuera jusqu’au 27 décembre.
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Hafid Azzouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..