Fibda 2015 : Coups de «bulles»

Elwatan; le Mercredi 7 Octobre 2015
98428


Le ministre de la Culture a indiqué que le Festival de la bande dessinée est devenu une référence pour la culture algérienne. «Le Fibda, dit-il, tend à s’améliorer au fil de ses éditions.  Ce festival est une excellente initiative.  Toutefois, il est impératif que la BD rentre dans les écoles algériennes». Placé sous le slogan «Dis-le moi en bulles», cette présente édition compte la participation de 32 pays étrangers et de douze maisons d’édition algériennes, spécialisées dans la bande dessinée.

Cette cérémonie inaugurale a été, également, l’occasion pour les organisateurs de revenir sur les différentes éditions du Fibda à travers un film documentaire. De même qu’un film d’animation intitulé Djeha a été projeté aux présents. Il s’agit, d’un  projet d’atelier qui a été réalisé, durant  la dernière saison estivale par 27 jeunes venus de 14 wilayas du pays. En signe d’hommage et pour être reconnaissants à tous ceux qui ont participé à l’édification de cette manifestation, des prix ont été attribués à des figures de proue de la BD algérienne. Ainsi,  les récompenses ont été remises à  Redouane Assari (Grand Prix d’honneur),  à Moulay,  Bennedine,  Abbas Kebir, Hebrih (prix du Patrimoine), à Gyps( prix de la Reconnaissance), à Virginio Vona et à Fred Gaffiat (prix de l’Amitié).

Il est à noter que des conférences-débats, des tables rondes,  des ateliers ainsi que des animations seront au programme de ce festival version 2015. De même qu’un colloque   est prévu demain. Il portera sur l’impact  économique des festivals de bandes dessinées dans le monde. Sept présidents de festivals, en l’occurrence, l’Italie, la France,  la Belgique, la Corée du Sud, la Chine, le  Canada et l’Algérie, débattront sur le thème «Comment au-delà de l’impact festif d’un festival sont libérées les énergies créatrices au service du développement culturel et économique de notre société». La commissaire du festival a rappelé que tout au long de l’année, le Fibda organisera des formations au niveau des maisons de jeunes, et ce, à travers le territoire national. D’ici un an, le travail en question  de ces jeunes sera présenté au public.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Nacima Chabani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..