Focus : Les populations piégées par le froid

Elwatan; le Jeudi 27 Decembre 2012
1


Ce sont les paysages qui ont dépeint l’hiver 2012 en Algérie. Ce sont les tourments auxquels étaient confrontés les Algériens lorsque la nature tant prodigue s’était acharnée contre eux. L’hiver dernier était très rude, très long et pesant pour les populations des régions retirées qui s’étaient retrouvées sans moyens financiers ni matériels pour  y faire face. Citoyens et municipalités démunis au moment où les services de la météorologie annonçaient de nouvelles chutes de neige. L’Algérie avait connu des perturbations climatiques des plus extrêmes jamais vécues depuis 1954. Sans être prête à accueillir les tempêtes de neige ayant duré des semaines, la population des hautes montagnes a été prise au piège. Les services de Sonelgaz trouvaient des difficultés énormes pour rétablir le réseau d’électricité. Pendant plusieurs jours les populations vivaient dans le noir, l’état des routes ne permettant pas aux équipes de cette entreprise de se déplacer.

Certaines municipalités se situant à 900 m d’altitude ne disposent pas de chasse-neige. Les populations avaient vécu des moments des plus pénibles. Pour dégager les routes, les APC ont dû faire appel aux moyens humains et matériels de l’ANP. Les moyens de cette institution militaire ne suffisait pas, vu l’ampleur de la neige. Les engins des entreprises privées avaient été sollicités également afin de venir en aide aux populations isolées du reste du monde pendant plusieurs jours. Mais la spéculation était tout de même au rendez-vous. Une bonbonne du gaz était vendue à 500 DA. Dans certaines régions les gens passaient des nuits blanches pour se procurer du gaz butane dans le  pays qui recèle le plus grand gisement du gaz en Afrique.

Sur un autre plan, l’amoncellement de la neige sur les rails avait bloqué le transport ferroviaire des voyageurs et de marchandises à partir d’Alger vers l’Est et l’Ouest. Cette vague de froid avait révélé les failles des autorités dans la gestion, plutôt de la non-gestion. La négligence a causé des pertes humaines. La population a bien retenu la leçon. Dorénavant, elle ne doit  compter que sur ses propres moyens comme cela a été le cas il y a 50 ans. Mais cette population se souvient-elle de ces moments. Se prépare-t-elle déjà à accueillir un autre hiver qui tarde à venir ? Ces questions trouveront des réponses dans les prochains jours lorsque les températures commenceront à chuter et la neige à s’accumuler.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Djedjiga Rahmani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..