François Hollande devant le Parlement algérien : Les moments forts d’un discours plutôt apaisant

Elwatan; le Samedi 22 Decembre 2012
72996


Le présent Bouteflika a été contraint de promulguer un décret le 5 décembre dernier pour rendre la procédure légale. Le Parlement s’est donc réuni jeudi en session extraordinaire. Un moment-clé de la visite d’Etat de François Hollande et historique dans les relations algéro-françaises.
C’est sous des applaudissements appuyés des députés, des sénateurs et des membres du gouvernement algérien que le président français a fait son entrée dans la salle des congrès du Palais des nations (Club des Pins). Après un discours de bienvenue dit par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, François Hollande a été invité à prononcer le sien. Trois moments forts ont marqué le discours du président français. Le premier sur le contentieux des mémoires que les deux pays semblent visiblement bien dépasser.

«Pendant 132 ans, l’Algérie a été soumise à un système profondément injuste, brutal et destructeur. Rien ne peut justifier les agressions commises contre la population algérienne, la négation de son identité et de son aspiration à vivre libre», a souligné le chef de l’Etat français avant d’appuyer sur le verbe devant une assistance qui n’a pas manqué d’approuver par des applaudissements : «Je reconnais, ici, les souffrances que le système colonial français a infligées au peuple algérien.» «Parmi ces souffrances, les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata demeurent profondément ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens», souligne François Hollande ajoutant sur un ton d’aveu qu’«à Sétif, le 8 mai 1945, le jour même où dans le monde triomphaient la liberté et la justice, la France manquait à ces valeurs universelles, celles qu’elle a contribué à faire éclore, celles de la République». Pour lui, «la vérité doit être dite, de la même façon, sur les circonstances dans lesquelles l’Algérie s’est délivrée de ce système. Elle doit être dite sur la guerre d’Algérie, cette guerre que la France a mis tellement de temps à appeler par son nom». «Nous devons le respect à toutes les mémoires. Et donc la vérité sur la violence, sur l’injustice, sur les souffrances, sur la torture», a encore indiqué l’invité du Parlement algérien.

Le deuxième moment fort du discours de François Hollande a trait à la coopération et au partenariat entre les deux pays. «L’Algérie et la France, dira-t-il, doivent passer à la vitesse supérieure.» Pour lui, la déclaration d’amitié signée à Alger doit se traduire dans l’action. «Je ne suis pas ici pour faire du commerce», a indiqué le président français parlant des liens historiques et affectifs qui lient les deux peuples. «C’est fort de ces liens que nos deux pays peuvent ouvrir une nouvelle page, un nouvel âge», soutient le président français qui affirme que le couple franco-algérien doit être à l’espace méditerranéen ce qu’a été le duo franco-allemand à l’Europe. François Hollande lance dans la foulée le projet de l’unité méditerranéenne dont la tête de pont sera l’Algérie et la France. En projetant des relations d’«exception d’égal à égal», entre les deux pays, et travaillant à l’apaisement dans les rapports entre Alger et Paris qui ont souvent été tendus, le chef de l’Etat français veut refonder une relation «loin des guerres de mémoires, guidée par deux maîtres mots : confiance et partenariat». Pour François Hollande, «la proximité n’est pas une incantation, ni une abstraction, mais une réalité». Les effets de ce rapprochement ont produit le troisième moment fort de son discours.

L’annonce par le président français de l’option du dialogue politique dans le règlement de la crise malienne et le respect de l’unité territoriale de ce pays du Sahel. Globalement, François Hollande a choisi l’apaisement, contrairement à son prédécesseur qui avait opté pour la provocation qui a engendré une crise entre les deux pays qui a duré deux ans.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Said Rabia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..