Grève à Constantine : 3000 taxis à l'arrêt

Elwatan; le Dimanche 8 Mars 2009
1

D'un commun accord, les chauffeurs de taxi ont décidé, jeudi, de manifester à bord de leurs véhicules, faisant plusieurs fois le tour de la ville.

Ils iront ensuite se rassembler au parking du stade Chahid Hamlaoui. Hier matin, ils étaient 3000 taxis à squatter les lieux, plus que jamais déterminés à faire valoir leurs droits. Leurs revendications sont toujours les mêmes, à savoir une station réglementaire et décente, le droit de prendre le client où il se trouve et de le déposer là où il le souhaite, l'arrêt des poursuites judiciaires, l'arrêt de la concurrence déloyale avec les taxis fraude, un terme définissant ce qu'ils considèrent «abus de pouvoir et harcèlement de la part des agents de l'ordre. Selon ces «taxieurs» qui ont signé une pétition dénonçant ces «dépassements» qui les «ruinent sur les plans santé et financier», ils sont pourchassés comme des malpropres, systématiquement verbalisés et leurs véhicules mis à la fourrière. «Nous sommes ici, disent-ils, parce que nous ne voulons pas créer de problèmes. Nous nous sommes mis en marge de la ville et nous attendons un signe fort de la part du premier responsable de la ville.» D'autre part, les protestataires témoignent, à l'unanimité, avoir fait l'objet de pénalisations quotidiennes ; ils n'ont même pas le droit de prendre des touristes près d'un hôtel, ni s'arrêter pour prendre un citoyen malade ou handicapé, sous peine de se voir retirer les papiers.
Et a contrario, ils sont étrangement sanctionnés si un citoyen se plaint de ne pas avoir été pris en charge par ces taxis. Toujours selon eux, certains agents de l'ordre tolèrent les taxis fraude moyennant un pourcentage sur leurs bénéfices.

Ils disent payer toutes leurs cotisations, en plus du stationnement, dont ils ne jouissent pas. Tous affirment et dénoncent les mêmes choses. «Nous ne reconnaissons aucun syndicat, personne ne nous aide ni travaille à nous faire obtenir nos droits ; nous voulons constituer un nouveau syndicat avec des gens honnêtes et désintéressés», déclarent-ils haut et fort. Et d'ajouter : «Même durant la décennie noire, nous n'avons pas autant souffert. Nous sommes réduits à la misère ! Sommes-nous des citoyens ou des souffre-douleur ?
Aujourd'hui, le chauffeur de taxi, à Constantine, est derrière tous les maux. A quand la considération ?» Nous avons également appris qu'un officier de la brigade mobile (motard) est venu voir les protestataires sur le site Chahid Hamlaoui et a usé de menaces à leur encontre, disant, selon leur propre témoignage : «Vous nous avez épargné un grand fardeau en disparaissant de la circulation. Vous ne perdez rien pour attendre !» .

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Farida Hamadou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..