Hama Ag Sid Ahmed. Porte-parole du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) : «Il est indispensable que le MNLA et Ançar Eddine mettent en place une plateforme commune de revendications»

Elwatan; le Dimanche 23 Decembre 2012
1


-Où en sont les négociations engagées à Ouagadougou entre le MNLA, Ançar Eddine et le gouvernement malien ?

Il n’y a pas eu des négociations à Ouagadougou le 4 décembre. La rencontre s’est résumée en une poignée de mains entre d’une part les représentants du MNLA présents à Ouagadougou et ceux de Kidal (Ançar Eddine) dirigés par le député de la localité, Alghabas Ag Intalla, et d’autre part la partie représentée par le gouvernement malien. Les deux parties – qui représentent la rébellion – ont voulu faire passer un message, à savoir qu’elles sont disponibles à engager le dialogue dès que les conditions seront réunies. Il ne s’agissait nullement donc de négociations. Les deux parties n’étaient pas prêtes en réalité à un tel exercice. La partie malienne avait un gouvernement à «trois têtes».

Or, il fallait que nous discutions avec un interlocuteur crédible. Il est important d’avoir à faire aux bons interlocuteurs. Pour leur part, les Touareg n’avaient pas encore élaboré un document de revendications politiques. Il est nécessaire pour ce type de négociations. Je ne vous apprends rien aussi si je vous dis qu’un tel document doit être validé par les combattants sur le terrain, les chefs des tribus qui sont aussi très impliqués dans ce conflit et la représentation de la femme touareg. Les conditions sont encore loin d’être réunies pour engager des négociations à Ouagadougou.

-Le MNLA et le groupe armé Ançar Eddine ont signé, vendredi à Alger, une déclaration commune ou ce que vous appelez vous un «partenariat de principe». Peut-on savoir en quoi consiste ce partenariat ?

La rencontre qui a eu lieu à Alger, le 21 décembre 2012, entre les représentants du MNLA et ceux d’Ançar Eddine, sous les auspices et l’initiative de l’Algérie, s’est soldée, en  effet, par  la conclusion d’un partenariat de principes. Il ne s’agit pas, à cette heure-ci, d’un accord d’entente.Le partenariat de principe qui est aujourd’hui proposé prend en charge trois aspects : la lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, la condamnation des enlèvements et autres prises d’otages et l’ouverture d’un dialogue avec Bamako. A l’occasion, nous appelons une nouvelle fois les groupes terroristes qui détiennent les otages à les libérer en toute urgence.

Comprenez bien que nous voulons être le moteur dans la mise en œuvre d’une politique de la main tendue visant au rapprochement de tous les Azawadiens, et cela pour la réalisation d’une cause commune. Le MNLA renouvelle aussi son appel au Mali afin qu’il engage des négociations rapides pour trouver un règlement politique au conflit qui oppose l’Azawad, un règlement qui préserve les droits légitimes du peuple de l’Azawad. Ceci dit, le MNLA s’engage à nouveau, fidèlement, à suivre les principes fondateurs qu’il a toujours défendus.

-Est-il possible de voir, à l’avenir, le MNLA et Ançar Eddine défendre une plateforme de revendications commune ?

Cela est essentiel si nous voulons que des négociations de paix se matérialisent dans cette région. Nous avons toujours dit au groupe de Kidal dirigé par Alghabass Ag Intalla qu’il est indispensable que les deux organisations se réunissent et mettent en place une plateforme commune de revendications. Il est prévu, d’ailleurs, que les deux commissions dégagées à cet effet par Ançar Eddine et le MNLA se réunissent à Kidal dans les jours qui viennent pour dissiper les graves malentendus qui existent entre les deux organisations.

Personnellement, je pense qu’il est possible que les deux organisations parviennent à aller dans le même sens. Je dois dire que cette démarche sera facilitée lorsque Ançar Eddine se démarquera concrètement sur le terrain des autres groupes extrémistes présents dans la région. Ces derniers continuent de détruire le peu qui reste de cette région. D’ailleurs, certains membres influents qui représentent Ançar Eddine dans la région de Kidal se concertent et sont disposés à faire un pas important dans ce sens.

-Quels seront les points essentiels que le MNLA défendra lors de ses négociations avec Bamako ?  

Il est difficile de le savoir tant que les vraies négociations n’ont pas commencé. Il y a effectivement des points sur lesquels le MNLA ne fera pas de concession au gouvernement malien. Comme je vous l’ai dit, nous sommes en train d’élaborer un document de négociations qui détaillera tous ces aspects.

-Quelle serait, selon vous, la solution idéale à la crise que vit actuellement l’Azawad ?

La communauté internationale doit faire un vrai diagnostic de la grave situation qui prévaut au Mali. Aujourd’hui, la communauté internationale est au chevet du Mali pour trouver une issue à la crise. Cela signifie que toutes les solutions possibles doivent être mises sur la table et discutées. Tout d’abord les communautés de l’Azawad doivent prendre en main leur destin. La gestion (politique, sécuritaire, ressources minières, coopération) doit revenir à ces communautés avec des garanties de la communauté internationale. Il y a lieu de responsabiliser ces populations (et uniquement ces populations) concernant la gestion de leur espace. 

Categorie(s): international

Auteur(s): Zine Cherfaoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..