Hamma Hammami. Porte-parole du Parti communiste ouvrier tunisien : «Le Président comme le Premier ministre provisoires sont des hommes du passé et n’ont de fait aucune légitimité»

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


Le peuple tunisien a eu raison de la dictature de Benali, maintenant il persévère et veut démanteler les institutions de la dictature, ses appareils et arsenaux juridiques. Nous pensons que le Conseil de la sauvegarde de la révolution, qui regroupe 29 partis politiques et organisations et associations de la société civile avec le Front du 14 janvier, est actuellement le plus à même de conduire la phase de transition et de contrôler le gouvernement et la Présidence provisoires qui échappent pour l’heure à toute censure. C’est inconcevable et inadmissible.

Le Président comme le Premier ministre provisoires sont des hommes du passé et n’ont de fait aucune légitimité. Ils n’ont donc pas à représenter à l’international la Tunisie, à ouvrir le ciel tunisien aux avions de la coalition qui bombardent la Libye ou à décréter sans consultation aucune qui et combien de parties siégeront dans l’instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution. Concernant les élections de l’Assemblée constituante (prévue le 24 juillet prochain), nous sommes pour leur report au mois d’octobre. Il s’agit de réunir d’abord les conditions idéales  pour la tenue de ce scrutin, de permettre aux partis de se préparer convenablement. Aussi, il est primordial de procéder à l’assainissement de l’administration et de la justice de ses éléments réputés être des symboles de l’ancien régime et connus pour être des corrompus notoires. Il est par ailleurs inconcevable de vouloir tenir des élections alors que la police politique existe toujours. A moins de programmer le retour au pouvoir des ennemis de la révolution avec les slogans de la révolution elle-même.
 

Categorie(s): reportage

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..