Hausse de la délinquance dans les quartiers : les couteaux à cran d’arrêt refont surface !

Elwatan; le Mardi 25 Decembre 2012
73086


Les agressions avec armes, les vols à l’arraché, les vols par effraction, le saccage des biens de particuliers et publics sont devenus légion. Des quartiers populaires connaissent régulièrement de tels actes réprouvés par la population qui ne se sentent plus en sécurité, malgré la forte présence policière dans les rues. Vendredi dernier, des jeunes ont agressé des voyageurs à la descente d’un bus au quartier de Climat de France.

«Des jeunes, munis de couteaux à cran d’arrêt, ont profité de la cohue à la descente du bus de Chéraga pour arracher le collier en or à une dame et s’attaquer à des voyageurs qui se trouvaient au pas de la porte. Heureusement, l’un des jeunes s’est bien défendu. Et puis calmement, les assaillants sont repartis dans leur quartier», raconte  une résidante de Frais-Vallon. La dame trouve que cela se répète trop souvent, mais les voyageurs n’ont pas réagi. «Les gens assistent sans broncher à ces scènes d’agression dans cette partie du quartier de Bab El Oued. Personne ne réagit de crainte de représailles. Je ne remarque aucune présence policière dissuasive dans ce quartier, excepté au carrefour de Triolet. D’ailleurs ce vendredi, les policiers en faction ont reçu un renfort à cause du match du MCA. La présence des forces de sécurité dans les quartiers, même en civil, est pourtant nécessaire. La police doit venir en aide à la population», signale-t-elle. Des quartiers de l’Algérois sont devenus de véritables de zones de non-droit.

Passée une certaine heure de la soirée, les habitants se «terrent chez eux». Aussi bien dans les vieux quartiers du centre-ville que dans les nouveaux sites d’habitations de l’AADL et de l’OPGI, car la sécurité des habitants n’est toujours pas assurée par les services de sécurité.
«A Baba Hassen, les habitants ne sortent plus la nuit. Il se trouve que l’éclairage est défaillant. Ce qui facilite la tâche des délinquants qui, munis d’armes blanches, s’attaquent aux gens paisibles. Les sites AADL doivent être sécurisés de jour comme de nuit, sans craindre personne. Ces repris de justice graciés par le Président ne craignent aucune autorité. La prison est devenue un lieu de repos pour futurs récidivistes», témoigne une résidante du site de cette commune de la périphérie. 

Categorie(s): alger

Auteur(s): Nadir Iddir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..