Hollande à Tlemcen: "Les logements d'abord, les applaudissements après"

Elwatan; le Jeudi 20 Decembre 2012
1


D'autre part, Tlemcen, en l'espace d'une quinzaine de jours, n'a jamais autant été cadenassée, sécuritairement parlant,  tant la ville grouille d'agents de sécurité en uniforme et en civil. Le citoyen lambda, quoique habitué à ces manèges, au vu de toutes les manifestations internationales qu'elle a abritées ces derniers temps, ressent une certaine "panique"

Pour illustrer cette situation kafkaïenne, un habitant caricature "C'est la première fois de ma vie que je vois plus d'hommes à l'oreillette que de platanes. Je ne vous cache pas que, depuis trois jours surtout, je me surprends de marcher sur la pointe des pieds; c'est comme si j'étais soupçonné de trouble à l'ordre public ou quoi que ce soit, mais, cela est un sentiment seulement…" tient-il à préciser. "Quand on voit que même les feuilles d'arbres ont été repeints, l'on se dit que les choses ne tournent pas rond ".

C'est dire que les us des Tlemceniens sont bousculés.

Ici, le choix de Tlemcen, comme escale pour le chef de l'Etat français, est différemment interprété: M. Hollande a un oncle dans l'ancien quartier de R'hiba, la tombe de la plus célèbre figure du judaïsme en Algérie, le rabbin Ephraim Enkaoua y est pour quelque chose, François viendra se recueillir sur la sépulture de Messali Hadj, ou encore rendre un hommage à feu Ben Bella… non, c'est la wilaya du président Bouteflika tout simplement…. Et, et, et…

Toujours est-il qu'à Tlemcen, les écoliers ont pris leurs vacances avant tous leurs camarades d'Algérie, les étudiants ont été priés de quitter leurs cités pour être transférés dans des bus à Maghnia, pour beaucoup d'entre eux.

Mais, malgré les opinions différentes sur cette visite qui a signé le branle bas de combat des autorités locales avec un zèle surdimensionné, la population ne comprend pas qu'elle soit soumise à un régime exceptionnel où il n'est pas évident de circuler comme elle a l'habitude de le faire, d'être contrainte de reporter ses activités (avec l'administration) jusqu'après la visite.

A l'entrée de la ville, à Bab Wahran, Les portraits des deux présidents sont bien mis en valeur, cote à cote, les emblèmes des deux pays sont partout. Enfin, sur l'itinéraire que parcourra Bouteflika et Hollande. La cité des Zianides vit des moments surréalistes…

 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Chahredine Berriah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..