ICF de Constantine : 22 phares opérationnels en Algérie

Elwatan; le Dimanche 23 Decembre 2012
1


C’est d’après une idée de l’artiste-photographe, Hichem Bekhti, sous l’égide de l’ambassade de France en Algérie et la direction de Vincent Guigueno, que cette collection, qui répertorie 22 phares opérationnels, répartis sur les villes portuaires d’Algérie, fait le tour des institutions culturelles françaises en Algérie. D’admirables photographies grand format (60/80),-dont quelques-unes sont des copies de célèbres tableaux de l’époque coloniale (Vue du port et de la ville d’Alger, par Barthélémy Lauvergne, 1805-1871) - nous dévoilent la beauté majestueuse du phare, qui, dans l’imaginaire populaire, est le palladium qui rassure les voyageurs par mer, et veille, avec son sempiternel et bienveillant halo, sur le sommeil des habitants de la cité qui le ceinture.

Les pièces exposées, -notamment des photographies de Hichem Bekhti, M’hammed Kerrrouche, Zoheir Khacha et Abdelhamid Aouragh, proviennent des fonds des Archives nationales de Paris, de la Bibliothèque nationale de France, du Musée de la Marine et du Ministère de l’Ecologie. Un catalogue de l’exposition, avec un répertoire méthodique et de précieuses indications historiques sur les phares, est mis à la disposition du public au niveau de la galerie de l’ICF. «Au moment de l’Indépendance, les gardiens (des phares) algériens prennent la relève de leurs collègues métropolitains. Ils y habitent et y travaillent toujours, entretenant les appareils et accueillant les visiteurs», écrit Vincent Guigueno dans la préface du catalogue. C’est une vraie découverte pour beaucoup de jeunes visiteurs de l’exposition.

Categorie(s): constantine

Auteur(s): Farida Hamadou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..