Instantané : 2016, l’année de l’éradication radicale des bidonvilles ?

Elwatan; le Lundi 5 Octobre 2015
1


L’énorme bidonville El Remli, qui renferme près de 4000 familles, est sur le point d’être éradiqué, selon le premier magistrat de la wilaya. L’élimination de ce favela, qui s’étend jusqu’à l’unité de raffinage de Sidi Arcine, est motivée par une nécessité, celle de réaliser un viaduc reliant Oued Ouchaieh à l’autoroute Est-Ouest (vers Oran et Constantine) au niveau de la commune de Baraki.

D’autres sites de campement précaire et qui ont grossi au fil des ans, depuis des décades, seront aussi concernés par le relogement à travers la wilaya, apprend-on. Et pour donner un new look à la capitale, les pouvoirs publics sont décidés, au plus tard, à la fin du premier semestre 2016, à débarrasser la périphérie d’Alger de toutes les poches de constructions de fortune. Les autorités veulent faire d’Alger la première ville du Maghreb sans bidonville.

Un challenge qu’il n’est pas aisé de relever, surtout que les zones de baraquement, gravitant autour de la mégalopole, en quête de statut de ville digne d’une capitale, sont légion. A l’image des cahutes de tôle et de parpaing du quartier Céleste qui, s’étendant sur deux communes des hauteurs d’Alger, donnent la mesure d’un bidonville qui prend chaque jour que Dieu fait des proportions alarmantes. Le constat que nous sommes en droit de relever et le doute qui nous interpelle ne prêtent guère à l’optimisme quant à l’extraction définitive de ces aires de gourbis dans les temps impartis, soit en juin de l’année prochaine.

La date butoir que se sont assigné les autorités publiques, persuadées d’offrir le gîte à des dizaines de milliers de maisonnées vivant dans des masures aux conditions indécentes, ne nous autorise-t-elle pas à penser que c’est un ombrage ? Comme on a appris à composer avec les récurrents reports de date d’attribution de logements Aadl, différés de semestre en semestre, faut-il lancer des complaintes pour se consoler face aux promesses non tenues d’éradication radicale des bidonvilles et le relogement de leurs populations dans les délais fixés par nos décideurs ? Ces promesses qui, en définitive, ne peuvent être assimilées par les petites gens démunies qu’à un serment de mauvais aloi.
 

Categorie(s): alger

Auteur(s): M. Tchoubane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..