Intempéries à El Milia : Des inondations et des routes coupées

Elwatan; le Samedi 16 Novembre 2013
1


Pratiquement, tout le centre-ville est devenu infranchissable, notamment au boulevard du nord et à la rue Zighout Youcef. Un spectacle chaotique s’offre aux passants et aux automobilistes qui peinent à avancer sur une chaussée. Des tas de cailloux, de pierres et du sable charriés, du tout-venant ayant servi pour des travaux d’aménagement de la route se sont déversés à la place des Martyrs, soit au cœur de la ville.

«On veut ouvrir la sablière de Oued Z’hor, mais pourquoi chercher ailleurs, le sable est là, regardez le, il suffit même pour de grands projets de construction», ironise un citoyen de la ville, resté médusé à la vue de ce dépôt de sable qu’un engin a rassemblé au centre-ville. Face à l’ampleur des dégâts, un engin a été affecté sur les lieux pour tenter de remettre un peu d’ordre dans le désastre causé aux réseaux routiers. «C’est scandaleux de voir les choses arriver à ce stade ; on dirait qu’il n’y a plus aucune autorité dans cette ville qui croule sous sa misère depuis déjà de longues années», dénoncent des habitants.

Le spectacle est d’une extrême désolation. Il donne la preuve que les responsables locaux sont incapables de remédier à la misérable condition de cette ville, tombée en ruine. Après que les routes du centre ville défoncées par un engin de l’APC au mois de septembre dernier, la situation a davantage empiré.

Les travaux engagés pour restaurer la chaussé traînent encore, alors que la saison des intempéries s’est déjà installée. Tout autour de la ville, la situation n’est guère reluisante. L’on assiste à une totale défaillance dans l’entretien des réseaux d’évacuation des eaux de pluie, totalement obstrués. A la cité Zaher, la route menant à l’hôpital risque à tout moment d’être fermée par un chantier d’installation de conduites d’eau jamais achevé.

Des torrents d’eau on donné leur coup de grâce à ce qui reste de cette route. A la cité Lakhnak, des habitants sont depuis trois jours coincés dans leurs maisons après avoir été assiégés par les eaux. «Des responsables de la municipalité sont venus ce matin avec des agents de la Protection civile, mais ils n’ont rien pu faire, laissant la situation telle qu’elle est», nous déclarent les riverains. La situation risque encore de s’aggraver si l’on n’intervient pas avec des moyens plus efficaces pour dégager la route, devenue dangereuse pour les enfants qui n’ont pas pu rejoindre leurs écoles.                                    
 

Categorie(s): jijel

Auteur(s): Zouikri A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..