L'ambassade d'Israël en Mauritanie ferme ses portes

Elwatan; le Samedi 7 Mars 2009
30190

La Mauritanie, un des trois pays de la Ligue arabe à avoir des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu, a décidé vendredi la fermeture de l'ambassade d'Israël à Nouakchott.
«Les autorités mauritaniennes ont donné
48 heures au personnel de l'ambassade israélienne pour quitter le pays», a déclaré un responsable mauritanien à l'agence Reuters.
Le ministre des Affaires étrangères israélien a confirmé à l'AFP la fermeture de l'ambassade faite «à la demande de la Mauritanie». «A la suite de la décision du gouvernement mauritanien, le 16 janvier, de suspendre les relations avec Israël et à la demande de la Mauritanie, Israël a fermé aujourd'hui son ambassade à Nouakchott», a indiqué le ministère dans un communiqué répercuté par l'Agence de presse française. Ce «clash» diplomatique intervient dix ans après que l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Taya ait procédé — en décembre 1999 - pour la première fois, à un échange d'ambassadeurs avec Israël — Officiellement, pour «rétablir la confiance» entre musulmans et israéliens dans l'esprit des accords de paix d'Oslo de 1993.

Pour rompre son isolement vis-à-vis du monde arabo-musulman, le général Ould Abdelaziz, chef de la junte militaire au pouvoir depuis le putsch du 6 août 2008, a annoncé lors du sommet arabe de Doha (le 16 janvier) la suspension des relations diplomatiques avec Israël. Sujettes à débat, les relations mauritano-israéliennes (Israël a financé la construction de l'hôpital de Nouakchott) ont déclenché dans la capitale mauritanienne, quelques jours après le début de l'agression israélienne contre Ghaza, une vague de manifestations anti-israéliennes. Le 28 décembre, le Sénat mauritanien avait «demandé au gouvernement de se préparer pour la rupture des relations diplomatiques avec l'Etat d'Israël parce que celles-ci n'ont à aucun moment servi la paix» entre Arabes et Israéliens. Un responsable du ministère israélien des Affaires étrangères, cité par Reuters, a déclaré que son pays n'avait pas été officiellement informé de la décision de l'expulsion de l'ambassadeur. Selon lui, cette décision pourrait correspondre à la visite à Nouakchott du chef de l'Etat libyen Mouammar El Kadhafi (à l'occasion du Mawlid Ennaboui). «Ils veulent afficher leur détermination», a-t-il estimé. Mouammar El Kadhafi, guide libyen, président de l'Union africaine, a été désigné par la communauté internationale pour renouer le dialogue entre le Haut conseil d'Etat présidé par le général Ould Abdel Aziz, issu du putsch, et les partis de l'opposition regroupés derrière le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD). Des rencontres préliminaires avec les chefs de file de l'opposition ont eu lieu à Tripoli. Kadhafi sera cette semaine à Nouakchott.

Categorie(s): international

Auteur(s): M. Aziri

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..