L’USM opte pour un effectif jeune : Une stratégie payante

Elwatan; le Mardi 3 Mars 2009
1

Ayant parié sur la jeunesse, l’USM, nouvelle version, est en train de réaliser un excellent parcours : 5e en championnat après 18 journées et quart finaliste en coupe de Tunisie et en Ligue des champions arabe.

L’ambition est à la hausse, malgré les difficultés matérielles pour réussir une fin de saison exceptionnelle. La bande à Rhim, qui a retrouvé vers la moitié de la phase aller équilibre et homogénéité, a grimpé au classement grâce à des victoires méritées à domicile, mais aussi à l’extérieur. Qualifiée «d’outsider» du championnat tunisien, cette jeune et enthousiaste équipe, dont la moyenne d’âge ne dépasse pas les 22 ans, puise sa force dans l’application de ses joueurs et leur solidarité sur le terrain. Jouant le bloc avec les contres éclairs, Essifi, Ben Abdelkader, Hannachi et Ben Belgacem ont fait parler la poudre en faisant plier plus d’un adversaire, grâce à un jeu réfléchi et une reconversion rapide privilégiant le collectif, point fort du groupe. «Nous puisons notre force dans notre jeu collectif», a estimé le capitaine Ben Abdelkader. La réussite des Bleus depuis plusieurs journées vient essentiellement des balles arrêtées qui ont été à l’origine de plus de 80% des buts réussis par Ayari (le buteur maison avec 6 réalisations), Amami, Essifi et Hmani.

Avoir dans la formation un spécialiste comme Ali Ben Abdelkader, qui a émergé depuis le début de la saison, explique entre autres la réussite de cette stratégie très chère à Rhim qui a su exploiter les qualités techniques et physiques de son effectif pour les mettre à profit. Ben Abdelkader dans l’exécution, Ayari, Essifi, Amami ou Hmami à la réception, et c’est le but. Une séquence devenue très fréquente aussi bien à Benjannet qu’ailleurs, et notamment à Tripoli et Amman en Ligue des champions arabe, où les Bleus ont scoré sur des balles arrêtées : «C’est une stratégie qui s’est avérée payante», a expliqué A. Ayari qui a réussi la bagatelle de 7 buts, toutes compétitions confondues, grâce à cet exercice… minutieusement travaillé à l’entraînement. L’USM devrait s’appuyer donc sur les balles arrêtées pour espérer faire la différence face à l’ESS. «On devrait s’imposer au match aller au moins par deux buts d’écart pour se déplacer à Séfif le moral au beau fixe», a avoué Ben Abdelkader qui pense que «le coup est jouable malgré la difficulté de la tâche».

Categorie(s): sports

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..