Lancée par l’ancien président français Nicolas Sarkozy : L’UPM existe-t-elle encore ?

Elwatan; le Lundi 24 Decembre 2012
1


Depuis un moment, surtout avec «les révoltes» dans les pays arabes, nul ne doutait que l’idée mise en pratique par l’ancien président Nicolas Sarkozy était sans lendemain. Mais voilà qu’on la ressort du frigo à l’occasion de la visite du secrétaire général de l’organisation, Fathallah Sijilmassi, à Alger. On apprend alors l’existence de plusieurs projets retenus par l’UPM concernant particulièrement la région maghrébine.
Selon le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, qui s’exprimait hier à l’issue de ses entretiens avec le secrétaire général de l’UPM, «ces projets seront mis en œuvre en 2013». «L’année 2013 devra, a-t-il encore déclaré, être le début de la concrétisation des projets, concernant particulièrement la région maghrébine, dans les domaines notamment de l’énergie, la recherche scientifique, les ressources hydriques et la protection de l’environnement.»

Le chef de la diplomatie algérienne a indiqué avoir reçu, lors de l’entretien avec M. Sijilmassi, des informations «très encourageantes sur le nombre croissant de projets retenus». «Nous avons souligné la position de l’Algérie, qui est très favorable à l’UPM, dès lors que cette union est organisée autour du concept de géométrie variable, nous permettant, dans la sous-région, de développer des projets socioéconomiques d’intérêt commun», a-t-il ajouté. De son côté, M. Sijilmassi, dont c’est la première visite en Algérie, a déclaré avoir exprimé à M. Medelci «l’engagement de l’UPM à travailler pour la mise en œuvre de projets concrets basés sur la géométrie variable et qui vont dans le sens du développement socioéconomique de la région». «Nous avons pour objectif d’accélérer la mise en œuvre de ces projets, d’en développer un nombre croissant avec une première mise en œuvre en 2013 et de monter en puissance de façon à avoir une articulation forte avec toutes les initiatives sous-régionales qui peuvent exister pour nous permettre d’avancer concrètement», a-t-il ajouté. Les entretiens ont porté également sur les perspectives de «renforcer» et «redynamiser» la coopération entre l’Algérie et l’UPM, a-t-il précisé à l’APS, qualifiant l’Algérie d’«acteur privilégié» dans l’espace euroméditerranéen.

Seulement, force est de constater que quatre ans après sa naissance, l’UPM est restée une coquille vide. On lui chercherait même un substitut. Le président François Hollande a évoqué, lors de sa visite d’Etat en Algérie la semaine dernière, le projet d’une unité dont le duo franco-algérien constituerait le fer de lance de la coopération méditerranéenne. Et tout porte à croire que l’initiative chère à Nicolas Sarkozy, qui avait réuni en 2008 tous les dictateurs de la région aujourd’hui déchus, ne pouvait avoir une traduction sur le terrain. C’est en la sachant échouée que beaucoup pensent à présent à d’autres projets plus réalistes.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Said Rabia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..