Le cadre de vie est précaire

Elwatan; le Jeudi 27 Decembre 2012
73159


La ville de Chlef étouffe sous la pression des véhicules et piétons, d’une forte urbanisation et d’une multitude de commerces, dont les cafés qui drainent de plus en plus de citoyens. Le wali de Chlef a consacré hier sa première visite postélectorale à la commune du chef-lieu de wilaya. Accompagné du nouveau président de l’APC, Mohamed Teguia, il a inspecté plusieurs projets socioéconomiques et éducatifs en cours de réalisation et a appelé pour la prise en charge des préoccupations majeures de la population. C’était aussi l’occasion pour le nouvel exécutif communal de prendre connaissance du grand «chantier» qui l’attend durant ce mandat, notamment dans les domaines de l’hygiène, de l’urbanisme, de la circulation, du transport  et d’autres services.

Le nouveau maire a profité de la visite d’hier pour exposer au chef de l’exécutif de la wilaya  les problèmes au quotidien que rencontrent les citoyens de son agglomération, à savoir la dégradation des routes et trottoirs, du réseau d’assainissement et des espaces verts, ainsi que les constructions illicites et la prolifération des bidonvilles. Il a plaidé pour un «changement profond» du paysage local et du cadre de vie à travers une action concertée et urgente impliquant les élus et responsables locaux et les comités de quartiers. En réponse, le wali de Chlef a mis l’accent sur l’existence d’un vaste programme de réhabilitation du centre-ville et des quartiers périphériques de la commune de Chlef. A ce titre, il a cité les travaux d’aménagement déjà lancés autour de la nouvelle maison de la culture, entre le siège de la wilaya et l’agglomération de Haï Nasr.                        

Categorie(s): chlef

Auteur(s): Ahmed Yechkour

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..