Le film de l’offensive des forces pro-Ouattara

Elwatan; le Samedi 2 Avril 2011
1


-Lundi 28 mars : début d’une grande offensive militaire vers le Sud par les forces soutenant Ouattara, quatre mois jour pour jour après le début d’une meurtrière crise post-électorale. L’offensive est confirmée à l’état-major des Forces républicaines, nouvelle dénomination des forces pro-Ouattara, rassemblant essentiellement les ex-rebelles des Forces nouvelles (FN).
n Mardi 29 : les combattants pro-Ouattara prennent le contrôle de Bondoukou (est), près de la frontière ghanéenne, Abengourou (sud-est), Daloa (centre-ouest) et Duékoué (ouest). Le camp Gbagbo appelle à un «cessez-le-feu immédiat», se déclarant prêt à des négociations sous l’égide de l’Union africaine. Le camp Ouattara estime que les «voies pacifiques» sont «épuisées». Barack Obama accuse Gbagbo de se servir de «voyous» pour se maintenir indûment au pouvoir. 

-Mercredi 30 : les forces pro-Ouattara prennent la capitale politique Yamoussoukro et Gagnoa (centre-ouest), dans la région natale de Gbagbo. Deux gendarmes français sont blessés lorsque leur voiture est la cible d’un tir par des forces pro-Gbagbo. Paris dénonce un acte «inadmissible». L’ONU impose des sanctions contre Gbagbo, son épouse Simone et trois proches, et exige son départ immédiat. Le chef d’état-major de l’armée, Philippe Mangou, se réfugie à la résidence de l’ambassadeur sud-africain. D’autres généraux se sont ralliés aux Forces républicaines, selon le camp Ouattara. 

-Jeudi 31 : les forces pro-Ouattara prennent le contrôle de San Pedro (sud-ouest), premier port d’exportation de cacao au monde, puis avancent vers Abidjan. Les forces de l’ordre ont globalement lâché Gbagbo, qui ne dispose plus que d’unités de forces spéciales (Onuci). Des soldats de la force française déployés à Abidjan dans un quartier en proie à des pillages. Une Suédoise de l’ONU tuée à Abidjan. 500 étrangers accueillis sur un camp des forces françaises. Les forces de l’Onuci prennent le contrôle de l’aéroport d’Abidjan. Couvre-feu à Abidjan et fermeture des frontières (camp Ouattara). Dans la nuit, les forces pro-Ouattara entrent à Abidjan, début de combats intenses entre militaires fidèles à Gbagbo et Forces républicaines de Ouattara, qui disent avoir pris la TV d’Etat.    

-Vendredi 1er avril : la bataille d’Abidjan fait rage, les troupes d’élite de Gbagbo opposent une résistance aux combattants de Ouattara autour de sa résidence et du palais présidentiel. Gbagbo n’a «pas l’intention d’abdiquer» et dénonce un «coup d’Etat» (représentant). Selon l’ambassadeur de France, il est «probablement au palais présidentiel» d’Abidjan. L’ONU craint de «graves violations des droits de l’homme» par les Forces pro-Ouattara, en particulier dans l’ouest du pays. La crise, née du scrutin présidentiel contesté du 28 novembre, a fait près de 500 morts, essentiellement des civils (ONU).

Categorie(s): l'événement

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..